PARTAGER

Le marché des musiques d’Afrique et du Moyen Orient, dénommé Visa For Musique, a débuté ce mercredi nuit au Grand Théâtre Mouhamed 5 de Rabat. La soirée d’ouverture, comme tous les ans, a permis à Brahim El Mazned, le directeur de ce rendez-vous culturel, d’honorer des acteurs culturels du continent. Ainsi, Mamou Daffe, directeur du festival Sur le fleuve de Ségou au Mali, a reçu une distinction pour l’ensemble de son parcours. C’est aussi le cas du producteur Kenyan, Tabu Osusa.
Cette soirée a été marquée par la prestation de la chanteuse sénégalaise, Maréma. Elle a fait danser et chanter le public venu très nombreux assister à la cérémonie avec notamment son tube culte Femmes d’affaires. Visiblement ses productions sont très connues du public composé de Marocains et de festivaliers venus de 52 pays dont 35 d’Afrique. Vêtue en blanc, Maréma a chanté tout en jouant de sa guitare. Elle a proposé un marathon instrumental en jouant du djembe avec des baguettes aux côtés de son percussionniste Saraba. Ils ont tous deux assuré une belle chorégraphie. Les Sénégalais et les autres nationalités invités sur scène pour danser ont donné une saveur particulière au spectacle. Maréma a chanté la paix dans les cœurs aussi bien en Afrique que dans le monde.
«C’est ma première prestation à Rabat et je crois que le public a bien reçu le message», a-t-elle confié avant de se rappeler que récemment elle était au festival Womaf de Tanger qui l’avait désignée comme marraine de l’édition 2017. Maréma, qui s’exprimait dans sa loge après le concert sous le regard de quelques sénégalais qui vivent au Maroc, a rappelé qu’elle est en tournée et qu’elle va retourner à Toulouse justement pour terminer cette virée avant de rejoindre le Sénégal. La soirée a vu la prestation de l’artiste Fayssal Azizi et du groupe 3 Ma (traduisez Maroc, Mali, Madagascar composé de trois musiciens venus de ces trois pays).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here