PARTAGER

La Chine est devenue le premier contributeur au Plan Sénégal émergent (Pse) avec 884 milliards de francs Cfa. Des efforts qui vont se poursuivre avec l’installation d’usines chinoises dans le Parc industriel de Diamniadio, a indiqué l’ambassadeur de la Chine à Dakar. Son Excellence Zhang Xun faisait face à la presse hier pour annoncer la visite d’Etat du Président Xi Jinping à Dakar les 21 et 22 juillet prochains.

Le Président chinois entamera son périple africain par le Sénégal. Les 21 et 22 juillet prochains, Xi Jinping effectuera une visite d’Etat au Sénégal. Selon l’ambassadeur de la Chine au Sénégal qui a donné l’information hier au cours d’une conférence de presse, ce sera la première fois qu’il effectue une telle visite dans un pays d’Afrique occidentale. Durant son séjour, le Président chinois et son homologue sénégalais «procèderont à un échange de vues sur le partenariat de coopération stratégique global sino-sénégalais, sur les relations sino-africaines ainsi que sur les questions d’intérêt commun» a indiqué son Excellence M. Zhang Xun. Ainsi, des accords de coopération vont être signés dans le domaine de la justice, de l’aviation, des infrastructures, des ressources humaines et aussi sur l’initiative «La ceinture et la route».
L’ambassadeur a affirmé que son pays est aujourd’hui le premier bailleur du Plan Sénégal émergent (Pse) avec des investissements de 884 milliards de francs Cfa. Parmi les projets financés figurent l’autoroute Ila Touba, l’autoroute Aéroport international Blaise Diagne (Aibd)-Mbour et Aibd-Thiès ainsi que le pont de Foundiougne. Preuve du dynamisme des relations commerciales entre la Chine et le Sénégal, l’ambassadeur Zhang informe qu’en 2017, les exportations vers la Chine avaient atteint 150 millions de dollars, soit près de 85 milliards de francs Cfa et concernaient essentiellement l’arachide et les produits halieutiques. Ces relations sont appelées à se développer au cours des prochaines années. En effet, l’ambassadeur de Chine à Dakar annonce que deux grandes entreprises chinoises ont déjà signé des accords de partenariat avec le Sénégal, dont C&H Garment company qui sera une des premières industries sur le Parc industriel de Diamniadio.
Selon des informations concordantes, cette entreprise a investi 12,5 milliards de francs Cfa pour la fabrication de maillots et diverses autres tenues vestimentaires, destinés au marché international. En outre, l’ambassadeur annonce que la Chine et le Sénégal sont en discussion pour la réalisation de la deuxième phase du parc industriel. «Ça sera un espace plus grand et nous espérons qu’il deviendra la base structurante de l’industrialisation du Sénégal», se réjouit M. Zhang.
La Chine qui marque de plus en plus sa présence sur le continent africain se veut un allié sûr. Selon l’ambassadeur, le concept de «développement pacifique» de Pékin promeut un partenariat pacifique avec tous les pays. «La Chine n’a jamais donné quelque chose avec des conditionnalités politiques. Nous respectons toujours les choix et les aspirations des pays africains pendant la coopération», précise-t-il.

Guerre commerciale
Si une guerre commerciale éclate entre la Chine et les Etats-Unis, c’est parce que la partie américaine a «violé sans scrupule les règles du commerce international». C’est en substance ce que l’ambassadeur de Chine à Dakar a déclaré hier au cours de sa conférence de presse. «Depuis le début, la Chine a fait le maximum pour que les parties concernées puissent adopter une attitude objective sur le processus de la mondialisation, y compris des difficultés qui surgissent afin de bien gérer les divergences commerciales. Les parties doivent travailler dans le même sens, mais l’attitude unilatéraliste de la partie américaine a violé sans scrupule les règles de l’Organisation mondiale du commerce (Omc), provoquant des turbulences sur le marché international et entravant la reprise de l’économie mondiale», fustige son Excellence M. Zhang Xun. Il a poursuivi en prévenant que «tant que ses intérêts sont attaqués, la Chine contre-attaquera certainement».

Pillage de bois en Casamance
Les Chinois sont toujours cités dans le pillage des forêts de la Casamance. Installés en Gambie, des acheteurs chinois n’hésitent pas à armer des coupeurs clandestins qui déciment les forêts de la région Sud. Selon l’ambassadeur de la Chine au Sénégal, son pays n’approuverait pas ces agissements. «Le gouvernement chinois s’oppose toujours au pillage des ressources naturelles», a souligné M. Zhang, en précisant que des mesures ont d’ores et déjà été prises pour empêcher ce commerce illégal de bois. Il note que depuis le départ de Yahya Jammeh du pouvoir, «la situation s’est améliorée».

Pékin veut sa part du pétrole sénégalais
La Chine ne cracherait pas sur une part du gâteau pétrolier sénégalais. Selon l’ambassadeur Zhang, une compagnie chinoise, la China national offshore oil corporation (Cnooc) s’est déjà vu attribuer un bloc offshore à la frontière bissau-guinéenne. Selon l’ambassadeur, une délégation de l’entreprise vient de quitter Dakar et a déjà démarré la formation des cadres tout en poursuivant l’exploration de son bloc en attendant d’en obtenir d’autres.

mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here