PARTAGER

Abdoulaye Bibi Baldé, directeur général de la Poste, a rencontré hier les receveurs et les agents de la région de Tambacounda. Il s’agissait pour l’ancien ministre des Postes et des télécommunications d’une rencontre de prise de contact, mais aussi pour voir ensemble avec les acteurs à la base comment relever les nombreux défis auxquels fait face leur entreprise. Par ailleurs, il leur a fait savoir son ambition de mieux renforcer la présence postale aussi bien en milieu rural qu’urbain, afin de mieux répondre aux exigences de proximité, de qualité et d’accessibilité du service postal universel et de contribuer pleinement à la politique de l’inclusion financière adoptée par le gouvernement du Sénégal.
Sur un autre registre, il a aussi profité de l’occasion pour faire une présentation de sa boîte. A l’en croire, le groupe La Poste compte plus de 300 bureaux et établissements postaux répartis sur toute l’étendue du territoire national et placés sous la tutelle de huit directions régionales dont celle de Tamba qui couvre aussi Vélingara et Manda Douane.
Cependant, note-t-il, du fait de l’ampleur des mutations technologiques que connaît le monde, le secteur postal mondial s’est récemment trouvé confronté à un certain nombre de défis fondamentaux. Les plus cruciaux, selon lui, sont ceux liés au développement de l’internet et à la concurrence multisectorielle et multidimensionnelle. Et ils ne sont pas sans conséquences, car ces difficultés se caractérisent par une baisse importante de parts de marchés et une sérieuse remise en cause de la pérennité de son activité.
Abordant la poste aux lettres (lettres, paquets et colis),  Bibi Baldé pense qu’en vue d’assurer sa survie, elle doit faire face, d’une part, à la rude concurrence qui résulte de la libération du secteur et d’autre part, à l’avènement du numérique.

Mettre en place une stratégie «multi-métiers»
Pour ce qui est des services financiers de La Poste, ils subissent de plein fouet la concurrence des banques et autres entreprises évoluant dans le secteur des transferts d’argent, explique le nouveau Dg de l’entreprise. Et c’est pourquoi, soutient-il, pour faire face à la révolution digitale ainsi qu’à l’ouverture des marchés, il est impératif de mettre en place une stratégie «multi-métiers» qui vise à développer des «services innovants, adaptés et accessibles à tous, partout et en permanence». «La reconsolidation des services postaux de base, la diversification vers les marchés émergents, le redéploiement vers les nouveaux centres de profits, la multiplication des partenariats stratégiques, la mutation de Poste-Finances, le développement de l’express, la modernisation du réseau des bureaux de Poste, entre autres actions, constituent autant de pistes à explorer», a martelé l’ancien ministre des Potes et des télécommunications. Devant un parterre de postières et de postiers, le patron de la société a fait part de sa conviction. «Nous ne devons plus courir après les défis imposés par un secteur en constante mutation. Nous devons nous réinventer en mettant l’anticipation, la prospective, la planification, la créativité et l’innovation au cœur de notre transformation. C’est cette logique d’ailleurs qui guidera mon action en privilégiant le dialogue, la concertation et l’inclusion dans tout ce que nous allons entreprendre avec l’ensemble des acteurs. L’intérêt de la société et du travailleur sera ma constante boussole», déclare le Dg. Avant de préciser : «Déjà, le slogan ‘’Unir, bâtir et servir (Ubs)’’ traduit parfaitement ma vision.»
Aux différents collaborateurs, il leur demande d’être rassurés. «Je travaillerai sans relâche, le regard tourné vers ces objectifs non exhaustifs que nous nous fixons, conformément aux orientations du Plan Sénégal émergent (Pse), en gardant l’oreille attentive à toute suggestion», leur promet-il.

afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here