PARTAGER

La Caf est en passe de toucher au but. Suite au retrait de l’organisation de la Can 2019 au Cameroun, l’instance a décidé de procéder à un «glissement» de calendrier en réattribuant l’édition 2021, initialement prévue en Côte d’Ivoire, aux Lions Indomptables. Du coup, les Ivoiriens doivent récupérer l’édition 2023 tandis que la Guinée, prévue cette année-là, devra patienter deux ans de plus, jusqu’en 2025.
En visite dimanche à Conakry avec le président de la Fifa, Gianni Infantino, le président de la Caf, Ahmad Ahmad, a rencontré le président de la République guinéenne, Alpha Condé. Et à l’issue de cette entrevue avec le chef d’Etat, le Malgache a affirmé que la Guinée a donné son feu vert.
«Les Présidents du Cameroun et de la Guinée ont accepté le glissement du calendrier de l’organisation des prochaines Can. Il reste à rencontrer le Président de la Côte d’Ivoire», a indiqué le patron du foot africain. «Nous avons toujours clamé haut et fort que le football africain ne peut se développer sans une collaboration étroite avec nos chefs d’Etat. (…) Et aujourd’hui, je suis très ravi d’entendre que le Président Alpha Condé ait accepté d’abriter la Can 2025. Le reste, on va discuter avec le Président de la Côte d’Ivoire.»
Visiblement, la Fédération guinéenne de football (Fegui­foot) se rangera derrière la décision du pouvoir politique. En effet, le passage de 16 à 24 équipes, entériné à l’été 2017, semblait préoccuper le président de l’instance, Antonio Souaré, et un délai de deux ans supplémentaires pourrait faciliter les choses. «Pour passer de quatre à six stades tout d’un coup, peut-être que nous devons nous diriger vers une co-organisation», glissait-il dimanche à la BBC, avant l’annonce de Ahmad.
«Je le dis en tant que dirigeant et administrateur du football africain, après y avoir réfléchi. Et j’y pense encore. Il n’y a pas que les six stades, il faut construire des hôtels. Il y a aussi les hôpitaux, les télécommunications, les routes, les compagnies aériennes. C’est à cause de tout ça. Il y a beaucoup de choses. L’accueil conjoint, comme nous l’avons vu entre le Gabon et la Guinée Equatoriale, serait-il une solution de repli envisageable ?», a glissé le dirigeant.
Avec deux ans de plus à disposition, ce problème pourrait être réglé. A priori, la Caf tient donc le feu vert de 2 des 3 pays concernés par le glissement des prochaines Can. Convaincre le dernier concerné, la Côte d’Ivoire, risque en revanche de s’avérer plus compliqué pour l’instance dirigeante du football africain…
Rappelons que la Fédération ivoirienne de football a saisi le Tribunal arbitral du sport (Tas) dans cette affaire.
Avec Afrik-foot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here