PARTAGER

Le vol de bétail est devenu l’actualité des populations de Djibanar, un village du département de Goudomp, avec des malfaiteurs qui ont emporté nuitamment 24 têtes de bœuf vers la Guinée-Bissau. L’adjoint au maire de Djibanar, Babou Diatta, plaide pour le retour du cantonnement militaire de Saliot, un village situé sur la route menant vers la Guinée-Bissau.

Par Abdoulaye KAMARA
Correspondant

Le village de Djibanar dans le département de Goudomp, sud du pays, a dormi d’un seul œil dans la nuit du vendredi au samedi dernier. La cause, vers 23 heures ce jour-là, une vingtaine d’hommes armés, le doigt sur la gâchette, ont fait irruption dans un troupeau de bovins à la périphérie nord du village. Les bergers, qui surveillaient discrètement leur bétail, se sont davantage blottis dans leurs repaires situés sur différents points de la bergerie. 24 têtes de bœuf sont détachées pour être emmenées vers la Guinée-Bissau. Pour dissuader les villageois à user de leurs armes contre eux, les assaillants se sont fait aider par 4 jeunes de la maison attenante au troupeau, réveillés de leur sommeil.
A l’approche de chaque village, selon notre source, ils usaient de tirs nourris pour écarter toute menace. Les pauvres jeunes ne seront libérés qu’à quelques mètres de la frontière bissau-guinéenne. Ils sont arrivés sains et saufs dans le village, vers 9 heures le samedi dernier.
Selon l’adjoint au maire de Djibanar, Babou Diatta, les assaillants ont menacé de revenir bientôt pour achever ce qui reste du troupeau. Selon toujours M. Diatta, le même troupeau a subi la visite de voleurs le 16 juin passé. Ce fut 22 vaches qui avaient été emportées à l’occasion de cette autre malheureuse visite. C’est dire que ce sont les descendants de feu Idrissa Touré qui sont en train de voir, impuissants, leur héritage leur filer entre les doigts.
Selon M. Diatta, à chaque fois qu’il y a un événement du genre, le sous-préfet est saisi à la minute près qui, lui-même, informe les militaires postés à Simbandi Balante, à moins de 2 km de-là. Mais à chaque fois, c’est au matin que des Forces de sécurité se rendent sur les lieux pour constater les dégâts. Pour que la peur change de camp, le jeune maire préconise le retour du cantonnement militaire de Saliot, village situé sur la route menant vers la Guinée-Bissau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here