PARTAGER

La Brigade de gendarmerie de Sédhiou a interpellé samedi dernier 5 individus pour vol de bétail. Membres d’une même famille, Mamoudou, Malang, Bouba, Pape et Emanuel sont gardés à vue dans les locaux de la brigade, suite à une convocation qui leur a été adressée la veille.

Le vol de bétail est à l’ordre du jour à la Brigade de gendarmerie de Sédhiou. En cause, cinq membres d’une même famille qui y sont placés en garde à vue, depuis samedi dernier, pour une histoire de vol de bétail. Tout est parti d’un message d’alerte d’un élément très actif du comité de vigilance contre le vol de bétail dans l’extrême ouest de la commune de Koussy. Ayant constaté la disparition d’un veau dans son troupeau jeudi après-midi, Demba Boiro, un éleveur du village de Kouynala, s’est lancé à sa recherche.
Après des heures  de marche et de prospection dans les broussailles, le berger tombe sur une piste empruntée par l’animal. Celle-ci mène à Mendycounda, une famille du village de Talto. Au bout de son circuit, il fit une découverte ahurissante. «Des abats frais, des traces de sang au sol et sur la clôture de Mendycounda, faite en palissade de bambou, sont visibles partout», renseignent des sources concordantes.
Convaincu que leur veau est tué à cet endroit précis, Abdoulaye Boiro, frère du berger, a tenté d’en savoir plus sur les circonstances de cet abattage clandestin qui laisse des traces en amont et en aval de la clôture. La mort dans l’âme, le jeune berger a voulu s’en ouvrir au chef du village pour faire le constat. Seulement, son épouse étant absente, Kaoussou Sané et ses enfants en bas âge étaient dans les bras de Morphée. Prévenu par un frère, il n’a point voulu faire le déplacement à cette heure tardive (23 heures environs). Des bergers ont réussi toutefois à effectuer une fouille infructueuse dans la maison suspecte. Renseigné par des proches au réveil, le chef du village qui a voulu s’enquérir de la situation trouve sur place quatre éléments de la gendarmerie.
Après les constats, les pandores ont ouvert une enquête et convoqué les  principaux suspects. Malgré leurs dénégations, les quatre frères et leur neveu Emanuel se retrouvent dans la cave des pandores. Ils sont poursuivis pour «association de malfaiteurs et de vol portant sur le bétail».
Une source policière renseigne qu’en plus des indices suspects, ils sont enfoncés par le témoignage d’un habitant du village qui a formellement identifié deux d’entre eux qui avaient participé au dépeçage de l’animal.
Intentée par un proche de la famille, une médiation à l’amiable pour extirper les mis en cause du pétrin bute sur leur reniement et la prétention du berger. Ce dernier aurait soutenu qu’il a perdu trois têtes de bovin.
Vidée de ses bras valides à cause d’une sordide affaire de vol portant sur le bétail, Mendy­counda reste sous le choc. Pro­priétaire d’un vaste troupeau de bovins, le vieux «Bourama Ndiaye Talto», un octo­gé­naire, n’en revient toujours pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here