PARTAGER

Aminata Mbengue Ndiaye, ministre de l’Elevage et des productions animales a rencontré samedi à Matam lors d’un comité régional de développement (Crd), les acteurs de l’élevage, les autorités administratives, pour échanger avec eux sur la situation du secteur. Mais, le vol de bétail a occupé l’essentiel des débats. Cela, pour dire que le fléau perdure, malgré les mesures prises, en ce sens. Ainsi a annoncé Aminata Mbengue Ndiaye, son ministère et l’ensemble des départements con­cernés feront, prochainement, une relecture avec une évaluation sans complaisance de l’application de la loi, pour sortir tout ce qui semble être «une incompréhension dans le code pénal et le code de procédures pénales, car tout le monde reconnait qu’à chaque fois qu’on attrape des voleurs, soit ils ressortent deux jours après, ou quelques jours après et parfois sans même être jugés».
Pour rappel, lors de la 3e édition de la Journée nationale de l’Elevage tenue en décembre 2016 à Ndioum, le chef de l’Etat avait exigé une application rigoureuse de la loi. Macky Sall disait d’ailleurs, n’avoir pas exclu de faire réviser cette loi qui réprime le vol de bétail à une peine de 5 à 10 ans de prison.
Cette concertation a permis aussi, au ministre de mettre en exergue les avantages qui s’offrent aux acteurs du secteur dans cette partie nord-est du pays, notamment la zone sylvo-pastorale. De leur part, les acteurs ont évoqué la question liée à la santé animale, en prélude au démarrage de la campagne de vaccination du cheptel. Les problèmes liés à la mobilité du cheptel, des médicaments frauduleux qui viennent de la sous région et des marchés hebdomadaires de la zone ont été également soulevés.
Matam, malgré tous ces problèmes évoqués, demeure l’une des régions les mieux loties en termes d’infrastructures rénovées. Dans ce sens, le ministre de l’élevage a procédé à l’inauguration d’une muni laiterie à Ou­rossogui. Une unité de transformation laitière destinée au Groupement d’intérêt économique (Gie) «Dental rewbé fulbé aynabé», financée par la Banque afri­caine de Développement (Bad) dans le cadre du projet d’appui à la sécurité alimentaire.

d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here