PARTAGER

Les prévenues Mariama Mbengue, Aida Cissé et Fatou Thiaw, ont reçu une facture salée du tribunal. Poursuivies pour vol de tissus, elles ont été condamnées à 2 ans dont 1 an ferme par le juge des flagrants délits.

Mariama Mbengue était inconsolable hier après la décision rendue par le juge. Sonnée par la peine qui lui a été infligée par le Tribunal des flagrants délits, elle s’est évanouie.  Les prévenues Mariama Mbengue, Aida Cissé et Fatou Thiaw, comparaissaient pour vol de tissus au préjudice des commerçants de Thiaroye. Coutumières des faits, le juge n’y est pas allé du dos de la cuillère pour sanctionner leurs mauvais actes. La nommée Mariama Mbengue, condamnée à 4 reprises pour les mêmes faits, en compagnie des deux autres dames, s’était rendue au magasin de Gora Dia. Lorsqu’elles sont arrivées, elles détenaient par devers elles un échantillon de tissu «brodé Autriche». C’est ainsi qu’elles lui ont demandé s’il disposait de ce genre de tissus. Au moment où le commerçant leur cherchait un échantillon de leur choix, elles en ont profité pour lui voler deux paquets de tissus. Quand Gora Dia est revenu, elles ont désisté. C’est quelque temps après que le commerçant s’est rendu compte du larcin, alors qu’elles étaient déjà parties. Depuis lors, elles ne sont pas revenues. Mais comme le criminel revient souvent sur les lieux du crime, les pauvres dames, qui ne se doutaient de rien, ont fait apparition à nouveau au marché. Usant du même modus-operandi, elles étaient munies d’un sachet contenant des tissus. Dès leur arrivée, elles ont fait croire au vendeur qu’elles veulent un mètre de tissu très couru par les grandes dames. Automatiquement, Gora Dia les a reconnues et leur a rappelé leur précédent acte. La nommée Mariama Mbengue lui a crié dessus et a commencé à le frapper et à l’injurier. Malgré, les provocations, le commerçant a décidé de les conduire à la police. C’est en ce moment que la nommée Fatou Thiaw a avoué tout en précisant qu’elles ont volé les tissus qui étaient dans le sachet plastique qu’elles détenaient. Ainsi, elles l’ont conduit à la cantine de Mamoudou Thiam, propriétaire desdits tissus. En fait, elles s’étaient présentées chez ce dernier pour demander le prix d’un mètre de tissu «Wax java». Après leur avoir donné le prix des 6 yards, elles lui ont désigné la couleur qu’elles préféraient. En allant chercher le tissu, elles en ont profité pour dérober des tissus bazin «Vip»  qu’elles ont dissimulé dans le sachet plastique qu’elles détenaient par devers elles. Après leur forfait, elles ont déserté les lieux. Une heure après, les dames en compagnie de Gora Dia sont retournées à la cantine de M. Thiam. C’est ainsi que Gora  Dia l’a informé qu’il a appréhendé les mises en cause qui tentaient de lui voler des tissus dans son magasin.
Dans ces mêmes circonstances, il lui dit que ces dernières lui ont fait savoir qu’elles ont volé des tissus dans sa cantine. En procédant à des vérifications, il a constaté qu’il lui manquait 30 mètres de tissu bazin «vip» d’une valeur de 75.000 F Cfa. A l’enquête, les prévenus avaient reconnu sans ambages les faits en avouant avoir profité de l’inattention des commerçants pour voler les tissus. Mais, hier devant la barre, elles ont complètement retourné… leurs pagnes. Ces prévenues dont la moyenne d’âge, oscille entre 20 et 23 ans, n’ont pas convaincu le procureur qui les a traitées de voleuses. Il a même dit à Fatou Thiaw, la seule à rester dans les liens du mariage, qu’il n’enviait pas son mari qui a épousé une voleuse. Il a requis l’application de la loi. La défense a demandé de disqualifier les faits en vol simple, de renvoyer Fatou Thiaw des fins de la poursuite et de faire une application  bienveillante de la loi aux deux  autres. Mais, le juge n’a pas suivi sa plaidoirie.

justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here