PARTAGER
Moustapha sy, responsable moral du Pur.

A l’instar de Ousmane Sonko, le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) a pris position contre la loi d’habilitation votée hier à l’Assemblée. La branche opposée à Issa Sall a convergé avec le leader de Pastef pour fustiger le texte de loi adopté hier : «Au-delà de son caractère anticonstitutionnel, ce projet de loi (…) risque de plonger notre pays dans des lendemains incertains car il confère au président de la République les pleines compétences du législateur principal, l’Assemblée Natio­nale». En conséquence, «le Parti de l’unité et du rassemblement ne peut en aucun cas valider ce projet de coup d’Etat constitutionnel».
Le parti fondé par le leader religieux Serigne Moustapha Sy, de la Dahiratoul Moustarchidine wal Moustarchidaty (Dmwm), en profite pour régler ses comptes internes avec son ancien candidat à la présidence, qui a été récemment désavoué dans ses démarches, et surtout, par le fait qu’il ait été dernièrement consulté par le président de la République dans sa stratégie unitaire de lutte contre le Covid. Le Pur précise dans son communiqué : «Nous prenons à témoin l’opinion nationale que le Parti de l’unité et du rassemblement, n’a été, ni de près ni de loin, consulté ou convié à une quelconque concertation sur la situation nationale, en particulier sur cette pandémie.»
S’agissant du vote de la loi qui s’est déroulé hier, en présence d’une minorité de représentants du Peuple, «le Pur regrette profondément la stratégie politicienne consistant à ne convoquer que 33 sur 165 députés pour voter ce projet de loi aux motifs du virus Covid-19. Le Pur récuse cette mascarade de bout en bout». En conséquence de quoi, le parti de Moustapha Sy avait souhaité que le texte de loi, dans son ensemble, soit rejeté purement et simplement. Ce qui, malheureusement pour eux, n’a pas été le cas, du fait de la majorité mécanique de la coalition au pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here