PARTAGER

La municipalité de Grand-Dakar, désireuse de s’inscrire à la pointe de la propagation de la Couverture maladie universelle (Cmu) parmi la population, a installé officiellement sa mutuelle communautaire. Opérationnelle depuis juillet dernier, la mutelle souhaite multiplier l’enrôlement des populations, à travers une adhésion massive à la Cmu.

En six mois, la mutuelle de santé communautaire de la Commune d’arrondissement de Grand-Dakar affirme avoir procédé à l’enrôlement de près d’un millier d’invidus, non sans compter les quelque milliers de bénéficiaires de la Bourse de sécurité familiale. Fort de ce succès, l’édile de la commune, Jean-Baptiste Diouf et les responsables à l’échelon national comme local de la Cmu (Couverture maladie universelle) ont procédé à son installation de manière la plus officielle avec l’inauguration de son siège. Une occasion de plus d’aller vers des populations pour qui Cmu rime avec inconnu. Avec la mutuelle communautaire, celles-ci ont l’opportunité par le biais d’une cotisation indiviuelle de 7 000 F Cfa dont la moitié est prise en charge par une subvention de l’Etat de pouvoir bénéficier de la Cmu. Pour Jean-Baptiste Diouf, l’objectif est de porter le nombre d’adhérents à 10 000 : «C’est la loi du nombre qui préside et suivant celle-ci, les moyens d’action seront multipliés.» A cette fin, sa municipalité avec la coopération belge a mis à la disposition de la mutuelle un bâtiment et son équipement, situé en face du Centre de santé de Grand-Dakar. Amadou Racine Senghor, secrétaire général de la Cmu, considère que la promotion des mutuelles de santé constitue l’axe prioritaire du déploiement de la Cmu et «à l’instar du maire de Grand-Dakar, il est heureux que les collectivités locales apportent leur contribution parallèment aux efforts de l’Etat dans la mise en place de la Cmu». Demba Saïdy, président du Conseil d’administration de ladite mutuelle, comptabilise à ce jour outre les 1100 adhérents à la mutuelle, 2980 bénéficiaires de la Bourse de sécurité familiale auxquels il faut ajouter leurs ayant-droits qui représenteraient près de 3 000 individus. Pour le Pca, il s’agit d’au moins 7 000 Grand-dakarois impactés par l’installation de ce centre communautaire.
bdavid@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here