PARTAGER

Le Secrétaire général du Pds demande désormais la destruction des procès-verbaux de bureaux de vote et non plus des cartes d’électeur. Devant les membres du Comité directeur du Pds hier, Me Abdoulaye Wade a affirmé que Macky Sall aura 55% ou 65% des voix si la Présidentielle se tient le 24 février.

Me Abdoulaye Wade revoit sa démarche. Désormais, ce ne sont plus les cartes d’électeur dont le secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (Pds) demande la destruction. Le Pape du Sopi appelle à brûler plutôt les procès-verbaux des bureaux de vote. Face à une centaine de militants réunis hier lors du Comité directeur du Pds, l’ancien président de la République a déroulé son plan de guerre. «Il ne faut pas brûler les maisons et les bulletins des candidats. Je demande aux jeunes de prendre les procès-verbaux, de les mettre sur la place publique et y verser de l’essence pour les brûler. Ces bulletins constituent des bulletins de la fraude et c’est un devoir pour le citoyen de les détruire», a martelé Me Wade, entouré de Oumar Sarr, Me El Hadji Amadou Sall et Cheikh Mbacké Bara Dolli. Il a poursuivi : «Je n’ai pas assisté aux transformations qui font que la carte d’électeur fait office de carte d’identité Cedeao. Si c’était uniquement des cartes de vote, il fallait les brûler, mais ce sont aussi des cartes d’identité. Conservez-les !»
Engoncé dans un costume gris, bonnet rouge au-dessus de la tête, l’ancien chef de l’Etat ne semble pas accuser le poids de ses 92 ans. A partir d’aujourd’hui, il entame des tournées afin de convaincre les populations à boycotter le scrutin du 24 février. «Si les choses continuent ainsi, Macky sera élu selon le taux qu’il a voulu qui est de 55% ou 65%. Nous ne participerons pas, étant donné qu’il ne nous a pas associés, en violation du Code électoral. Nous nous attaquerons aux bureaux de vote pour qu’il n’y ait pas d’élection. Si on brûle 50% ou 70% des bureaux de vote, Macky sera obligé de recommencer l’élection dans d’autres conditions», a-t-il théorisé.
Me Wade regrette que Macky Sall «ait rompu avec une tradition qui était établie, c’est-à-dire le consensus». Il ajoute : «Voilà un homme qui ne consulte jamais l’opposition. M. Ndir (Doudou, président de la Cena. Ndlr) m’a dit hier que Macky Sall ne l’a jamais consulté dans les réformes qui sont faites.» En attendant, Wade promet des meetings, des sit-in et des marches sur toute l’étendue du territoire avant, pendant et après l’élection présidentielle. «Les gens me racontent que les populations sont tellement furieuses contre Macky Sall qu’elles veulent absolument aller voter pour l’éliminer. Mais encore faudrait-il qu’il y ait des possibilités d’élimination. Personne ne peut éliminer le système mis en place par Macky Sall», conclut-il.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here