PARTAGER

En attendant son passage devant le Conseil du Millenium challenge account (Mcc) pour l’examen de son second compact, le Sénégal était face au Mcc et l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde) vendredi dernier, pour parler des opportunités et contraintes à l’investissement.

Le Sénégal doit bénéficier d’un second compact du Millenium challenge account (Mcc) avec à la clé d’importants investissements dans des secteurs d’activités structurants pour le développement. En marge des réunions de printemps du Fonds monétaire international (Fmi) et de la Banque mondiale, le Millénium challenge corporation (Mcc) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde) ont organisé une rencontre sur les opportunités et les contraintes à l’investissement au Sénégal. Durant cette rencontre, nous apprend un communiqué de presse du ministère de l’Economie, des finances et du plan, le Mcc a présenté les résultats des études diagnostics de contraintes à l’investissement qui sont un préalable à l’exécution des projets. Du côté de l’Ocde également, une revue dénommée «Examen multidimensionnel» a été présentée. «Les contraintes majeures à l’investissement identifiées pour le Sénégal concernent prioritairement les secteurs de l’énergie et de l’agriculture», indique M. Jonathan Nash, président par intérim du Mcc, tandis que pour le secrétaire général de l’Ocde, Angel Gurria, dans la mesure où le Sénégal prépare la 2ème phase du Plan Sénégal émergent (Pse) 2019-2023, «l’enjeu à cette étape est de soutenir les réformes à entreprendre». M. Gurria estime ainsi que «réaliser l’émergence est un objectif ambitieux, mais accessible lorsque les contraintes sont levées».
Le ministre de l’Economie, des finances et du plan, Amadou Ba, a reconnu que des distorsions entravent la transformation de l’économie sénégalaise et que les réformes peuvent être douloureuses, mais bénéfiques pour l’avenir, indique le communiqué. «Le Sénégal est disposé à relever les défis en toute transparence. C’est d’ailleurs à ce prix que les performances économiques ont été enregistrées ces dernières années avec un cadre macroéconomique viable», poursuit le ministre qui avait à ses côtés le ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement, M. Mansour Elimane Kane, le ministre en charge du suivi du Plan Sénégal émergent (Pse), M. Abdoul Aziz Tall, et Babacar Diagne, ambassadeur du Sénégal à Washington. Amadou Ba a donné l’assurance que les autorités sénégalaises sont déterminées à améliorer les politiques règlementaires peu favorables à l’environnement des affaires et à transformer l’économie tout en développant le capital humain.
Le premier compact du Mcc s’est achevé en 2015, avec des réalisations sur les infrastructures. Le dossier du Sénégal pour un deuxième compact doit être examiné par le Conseil du Mcc le 28 juin prochain.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here