PARTAGER

Yamadou Sagna, tué par un auxiliaire des Douanes, a été inhumé hier après-midi au cimetière musulman de Kédougou. L’occasion a été saisie par le lieutenant-colonel Moustapha Ndour, commandant de la légion Est de la gendarmerie pour présenter ses excuses aux populations, notamment à la famille du défunt.

A Dieu Yamadou Sagna ! L’orpailleur, qui a été sauvagement abattu par un auxiliaire des Douanes lundi, a été inhumé hier au cimetière musulman de Kédougou. Il flotte à la morgue du district sanitaire de Kédou­gou un sentiment de peine et de puissance. L’orpailleur  a été es­corté jusqu’à sa dernière de­meure par une foule compacte et étreinte par l’émotion. Plus jamais ça ! C’est l’expression qui est revenue la plupart du temps dans le discours des populations. Elles demandent à l’Etat de prendre ses responsabilités, pour éviter «une rébellion». Maha­mady Cissokho dit : «C’est un sentiment de tristesse et de désolation, qui anime toute la région de Kédougou. Il faut que les bavures policières cessent dans la région. C’est la quatrième victime».
Aujourd’hui, les Kédovins, qui ont mauvaise mine, soulèvent des questions de fond. Il dit : «Les populations ne peuvent pas être assises sur des lingots d’or et être privées du minimum vital. Ce qui est inadmissible. Les forces de sécurité doivent savoir qu’elles ne sont pas là pour massacrer les populations». En écho à ces revendications,  Bakary Soumaré, jeune de Saraya, renchérit : «il faut donner un enseignement pédagogique aux forces de l’ordre pour pallier les bavures.» Membre de la famille de la victime, Moussa, qui a salué cette chaîne de solidarité après l’éclatement de cette affaire, demande à l’Etat de respecter ses engagements.
En attendant, c’était la sarabande des promesses autour de sa dépouille. Les autorités administratives et militaires, qui ont assisté à cette cérémonie funèbre, ont essayé de calmer les nerfs tendus des populations. Le lieutenant-colonel, Moustapha Ndour, com­­mandant de la légion-Est de la gendarmerie, a présenté ses excuses aux populations et à la famille de la victime. Il a aussi annoncé que les deux personnes impliquées dans cette bavure ont été déférées au Parquet hier et seraient jugées probablement par la justice militaire. C’est une façon d’apaiser les cœurs des Kédovins meurtris par cet énième meurtre. Le gouverneur de Kédougou, William Manel, qui a joué au pompier, itou.
Agé de 25 ans, Yamadou Sagna laisse derrière lui un garçon, une fille  et des parents éplorés et surtout dans le dénuement. C’est un bras, qui a assuré le pain quotidien de sa famille, qui a été définitivement amputée lors de cet  événement tragique du lundi. Lors de son passage à Saraya mardi, le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, accompagné du ministre du Budget, a offert une enveloppe de trois millions à la famille, l’Etat s’est aussi engagé à prendre en charge entièrement la famille de la victime.
Il est 17 H18 : Yamadou Sagna repose désormais aux côtés des morts. Il laisse derrière lui des amis et des parents, qui ont faim de justice après sa fin tragique.

­­msdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here