PARTAGER

Yankhoba Seydi est convaincu que Idrissa Seck est le «meilleur choix» pour les Sénégalais en 2019. Le chargé des relations extérieures de Rewmi promet que c’est la fin de l’éclipse de son leader.

La longue traversée écliptique de Rewmi va prendre fin à la Présidentielle de 2019. C’est l’avis du chargé des relations extérieures de Rewmi. «C’est la fin de l’éclipse, c’est clair. Le soleil est à 150 millions de km de la terre. Quand il y a éclipse, tout est noir. Cette fin d’éclipse sera beaucoup plus importante que les éclipses solaires ou lunaires que nous avons vécues. Ce sera en 2019 et ça a déjà commencé», promet Yankho­ba Seydi qui animait à Thiès un forum sur le thème «Le Sénégal à la croisée des chemins, quel choix pour 2019», organisé par la Convergence des femmes leaders et cadres rewmistes. Il pense que les Sénégalais sont «désaffectés et désabusés» par les «récurrentes trahisons» de Macky Sall. «Il a fait voler en éclats le regain d’espoir qu’ont nourri les Sénégalais en 2012, lorsqu’ils ne voulaient plus du Président Abdoulaye Wade. Si les hommes politiques n’ont pas la cote, c’est parce que tout simplement ils ne sont pas honnêtes», soutient M. Seydi qui en épargne son leader. «Les hommes politiques qui ont l’honnêteté de Idrissa Seck, cela ne se compte pas beaucoup. De plus en plus, les gens vont découvrir que cette vraie face de Idrissa Seck n’a rien à voir avec la face qu’on a présentée de lui. Il est honnête et l’histoire nous le dira», ajoute-t-il.
Dans la même lancée, la conseillère municipale, Fatou Konaté, est convaincue que le leader de Rewmi est «l’homme de la situation» pour 2019. «Idrissa Seck incarne les valeurs qui nous manquent aujourd’hui. Quand il s’est agi de prendre quelque chose et de sacrifier les valeurs, il a choisi les valeurs. C’est pourquoi nous conseillons les Sénégalais de faire de lui leur choix pour la Pré­sidentielle. Macky Sall a été élu président de la République par défaut. Ce qui devrait l’encourager à gouverner ce pays de main de maître. Hélas, il a anéanti tout espoir de le redresser», constate-t-elle. Elle poursuit : «Malgré le taux de croissance économique de 6,6% tant chanté par la mouvance présidentielle, le Sénégal fait partie des 27 pays les plus en retard dans le monde, notamment sur le plan démocratique. Nous sommes sous le diktat de la loi du silence. Cela montre que nous sommes dans un pays de dictature. C’est devenu pire puisque ceux qui enfreignent cette loi du silence risquent la prison. Aujourd’hui, Macky Sall est en train d’éliminer tous ses potentiels adversaires. Et cela montre qu’il n’ose pas prendre son courage à bras-le-corps.»
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here