PARTAGER

Les délégués et imams des quartiers de Yeumbeul sont très remontés contre les représentants de l’Etat au niveau de leur commune. Les problèmes sont nombreux. Selon imam Kébé, beaucoup de quartiers qui disposent des mosquées n’ont pas de climatiseurs au niveau de la morgue. «C’est un cri du cœur que nous avons lancé depuis très longtemps. Malheureu­se­ment, parmi les autorités, personne n’a réagi. Il était très difficile de garder un mort, surtout en cette période où il fait chaud. Mais Dieu merci, Mansour Sow, président du mouvement Emer­gence, est intervenu. Il nous a fait installer un climatiseur pour pouvoir garder nos morts et tant d’autres.»
Interpellé, le président du mouvement Emergence renseigne que la localité souffre de beaucoup de maux. «Aujour­d’hui, avec notre mouvement, nous nous sommes débrouillés pour installer beaucoup de choses ici à Darou­rahmane 1 jusqu’à 6. Notre mouvement ne se limite pas à ça seulement. Nous avons financé 17 groupements de femmes, 70 lampadaires, une ambulance médicalisée pour le poste de santé de la localité. Nous avons subventionné les ‘’badiénou gokh’’, des friperies pour les ‘’daaras’’, 30 bourses entières et demi-bourses pour les étudiants. Des consultations gratuites et dotation de médicaments au niveau des postes de santé, sans compter l’installation de 40 pompes modernes dans une quarantaine de quartiers, en plus de fournitures au niveau des écoles.»
Mais les imams et délégués interpellent les autorités de l’Etat pour qu’elles viennent en aide aux populations dans la banlieue qui souffrent en silence. Mansour Sow pense que les autorités locales devraient se soucier des problèmes des populations que de les laisser en rade. Nous invitions l’Etat à jeter un œil dans la banlieue, car «la situation est terrible, surtout en cette période d’hivernage».
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here