PARTAGER

Les impactés de la cité Tobago, «détruite pour non-respect des normes sécuritaires aériennes», dénoncent «une irrégularité dans l’attribution» de leurs terrains restitués par l’Etat du Sénégal. Parlant en leur nom, les Freys accusent ceux qui se sont engagés au sein de l’association des impactés de prendre en charge la question d’avoir établi de «fausses» listes où «ils ont fait figurer leurs proches en lieu et place des ayants droit pour leur faire bénéficier de ces terrains».
«Le gouvernement avait décidé de restituer les impactés leurs terres. Mais il y a des listes constituées où figurent des gens qui ne font pas partie des impactés. Notre combat, c’est le rétablissement des sinistrés (impactés) dans leur droit. Certains sont venus nous rencontrer. On dit basta, il faut que ça s’arrête. Au moment de les rétablir dans leur droit, les cagoulards ont tout chamboulé pour se sucrer sur le dos des ayants droit», a dénoncé hier en conférence de presse Moustapha Guèye, cadre de l’avion civile à la retraite, secrétaire général des Freys.
«Le président de la Ré­publique a été saisi et il sait qu’il y a des irrégularités dans les attributions», selon M. Guèye qui informe que «le chef de l’Etat a demandé une enquête pour élucider cette affaire».
Menaçant de démasquer ceux qui sont derrière ce «deal», les Freys défendent plus de 200 impactés qui «attendent de reprendre leurs terrains en main». Tout en exigeant que «réparation soit faite», les Freys de prévenir que «plus rien ne se déroulera sur leur assiette foncière sans leur consentement».
Modou Samb, représentant de Souleymane Sarr, président des Freys, de s’offusquer contre le fait que «les tenants du pouvoir font ce qu’ils veulent des terres jouxtant l’aéroport de Yoff depuis que celui-ci a été délocalisé à Diass».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here