PARTAGER

Dieu promet l’enfer à ceux qui volent l’héritage des orphelins et des femmes. L’avertissement est de l’imam Mame Libasse Laye qui regrette les agissements ces hommes «sans scrupule».

Peut-être que dans la masse massée devant le mausolée de Seydina Limamou Laye, des orphelins, armés de foi, prient pour un devenir meilleur. Un avenir hypothéqué par «des hommes sans foi» qui se sont emparés de leurs biens. Mais sur le sable fin de l’enceinte Yoff-Diamalaye où la température frise les 30°, le ciel n’est pas assombri pour ces fidèles dont la blancheur des habits décore à perte de vue le fief des Layènes. L’imam Mame Libasse les réconforte en s’attaquant à leurs spoliateurs. «Dieu promet l’enfer à ceux qui volent l’héritage des orphelins et des femmes. Ces gens souffrent en silence dans les maisons, car ils sont spoliés de leurs avoirs par des hommes sans scrupule. Avant l’arrivée de l’âge de majorité, ils sont complètement dépouillés de leurs biens et sombrent dans la pauvreté extrême», a dénoncé le religieux lundi lors de la célébration de l’Aïd el Kebir.
L’imam a rappelé la manière de préserver l’héritage d’un orphelin mineur. «On doit garder et protéger l’héritage d’un orphelin jusqu’à l’âge de la majorité. Après, la restitution doit être complète. Chaque centime pris illicitement sera remboursé par son voleur le jour du jugement dernier», avertit-il. Selon Mame Libasse Laye Thiaw, «détourner l’héritage d’un orphelin fait partie des 7 plus grands péchés». Par ailleurs, l’imam n’a pas évoqué les sujets comme l’homosexualité et le débat sur le pétrole, mais a regretté les vives polémiques qui secouent le Sénégal. «On est dans un pays où l’on parle beaucoup. La trahison est aussi devenue monnaie courante. On parle beaucoup de choses qu’on ne maîtrise pas. Les gens doivent garder leur sérénité et savoir raison garder», a conclu l’imam sous le regard du maire Abdoulaye Diouf Sarr et du préfet de Dakar Alioune Badara Samb.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here