PARTAGER

Bamba Fall ne sera pas seul dans cette polémique sur un éventuel choix du leader de Rewmi comme plan B en cas d’empêchement de Khalifa Sall. Youssouph Mbow appelle toute l’opposition à s’unir autour de Idrissa Seck qui doit être le candidat de Manko taxawu senegaal.

C’est le nouveau tube des pro-Khalifa Sall. Après que Bamba Fall a donné le ton sur une éventuelle candidature de Idrissa Seck sous la bannière de Manko taxawu senegaal (Mts), les autres embouchent la même trompette. Et samedi, à Matam, c’est Youssouph Mbow qui a chanté le même morceau. «Si Khalifa Ababacar Sall, qui est de prime abord notre candidat, par quelque procédé que cela puisse être, est empêché de se présenter à la Présidentielle de 2019, nous portons notre choix sur Idrissa Seck pour être le candidat de la coalition dans laquelle nous allons travailler», a-t-il dit lors d’un meeting dans son fief à Nabadji Civol. Idrissa Seck est donc le candidat alternatif, le plan B des proches du maire de Dakar. Et M. Mbow insiste : «Yahya Jammeh a essayé, en écartant tous ses adversaires, de conserver le pouvoir de manière illégale. Mal lui en a pris puisque Adama Barrow a surgi de nulle part pour fédérer autour de sa personne toute l’opposition. Et nous, à partir de Matam, nous demandons à toute l’opposition de s’unir autour de Idrissa Seck pour qu’ensemble nous puissions vaincre ce pouvoir qui s’est transformé en un monstre qui dévore toutes les libertés individuelles.»
Dans ce qu’il appelle la «Résolution de Matam», le représentant du maire de Dakar est aussi revenu sur l’exclusion des frondeurs du Parti socialiste. Il qualifie la décision du Bureau politique de «nulle». Et pas seulement. «Nous ne la reconnaissons pas et ne la reconnaîtrons jamais. Nous sommes les dignes héritiers de Senghor. Personne ne peut nous intimider. Nous avons implanté le Parti socialiste à Matam et nous sommes la sève nourricière du parti», a dit M. Mbow. Il ajoute que leur leader, en prison dans le cadre du dossier de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, est «victime de l’arbitraire du régime de Macky Sall». Cet emprisonnement de Khalifa Sall, souligne-t-il, «c’est juste de l’apeurement, et cela dénote de la faiblesse du régime en place» alors que «la règle la plus élémentaire en démocratie, c’est le respect de l’adversité».
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here