PARTAGER

L’opposition a adressée au président du Conseil constitutionnel une lettre pour dénoncer la manière dont l’institution procède pour la vérification des dossiers de parrainage déposés. Un geste que Zahra Iyane Thiam a dénoncé hier, face à la presse. «C’est non seulement la mauvaise foi de l’opposition qui continue, mais c’est également le flou et l’instabilité qu’elle veut entretenir autour de cette élection présidentielle. Je pense que ce sont les règlements et les lois qui doivent nous arbitrer», a dit la responsable de l’Apr. Qui rappelle que les 7 «Sages» statuent comme l’indique la loi n°2018-22 du 4 juillet 2018 portant révision du Code électoral. Lequel Code, souligne-t-elle, «stipule clairement en son article 16 les conditions de vérification des listes de parrainage». Elle estime qu’en matière de loi, «on ne se base pas sur ses désirs, mais on se réfère à des textes». Donc, ajoute-t-elle, «nous ne pouvons pas, sur cette base-là, nous fier aux désirs de l’opposition qui, encore une fois, n’envisage pas d’aller à des élections».
Le ministre conseiller auprès du président de la République a par ailleurs répondu à Me Mame Adama Guèye et Cie qui accusent le pouvoir de «préparer un hold-up électoral». «Depuis 2012, la coalition Benno bokk yaakaar n’a perdu aucune élection. Pourquoi attendre aujourd’hui, alors que nous avons un bilan à faire prévaloir, pour qu’une coalition forte comme Bby cherche à falsifier ou à voler des élections ? Ce ne serait pas intelligent et nous sommes intelligents quand même au Bby», dit-elle. Mme Thiam pense plutôt que l’opposition «constate avec impuissance le bilan reluisant et indéniable du Président Sall». Et c’est pourquoi «elle n’a qu’une seule alternative, investir les rues».
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here