PARTAGER

Le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a averti que la présence militaire accrue déployée en Gambie depuis que le Président Yahya Jammeh a rejeté le résultat des élections risque de renforcer le climat actuel d’intimidation et de harcèlement dans le pays. «Cela est profondément inquiétant, étant donné le nombre de violations des droits de l’Homme en Gambie, y compris le recours excessif à la force contre les manifestants, la détention arbitraire et les décès en détention, ainsi que les allégations de torture et de mauvais traitements infligés aux détenus». «Nous rappelons aux autorités gambiennes que les gens devraient pouvoir exercer leurs droits de réunion pacifique, d’association et de liberté d’expression. Les Forces de sécurité doivent faire preuve de retenue dans l’utilisation de la force et respecter les normes internationales relatives aux droits de l’Homme», a déclaré M. Zeid. «Tous les responsables des violations des droits humains doivent être tenus responsables», a-t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here