PARTAGER

Idrissa Diallo est parti à jamais. Son rappel à Dieu le 28 décembre dernier reste «douloureux» pour les militants et sympathisants «khalisfistes» de la région de Ziguinchor. Et si d’aucuns, hormis le coordonnateur régional Pape Bodian, n’ont pu faire le déplacement de Dakar pour l’accompagner à sa dernière demeure, les «Khalisfistes» ont toutefois tenu à rendre hommage à leur camarade. Une démarche qui a pris les contours d’une journée de prières et de récitals de Coran, organisée dimanche dernier à Ziguinchor. A cette occasion, la «dimension humaine et politique» de l’homme a été magnifiée. Les militants de son mouvement «Khalifa Président» de Ziguinchor s’engagent à perpétuer ses actions. «Malgré ses responsabilités politiques nationales à Dakar et Dalifort, il a toujours porté sa Casamance natale dans son cœur. Une région où il a partout des liens de parenté», a dit Djibril Badji, coordonnateur départemental dudit mouvement à Bignona. Ce dernier estime que les «Khalifistes» de Ziguinchor sont aujourd’hui «dans l’obligation de porter l’héritage de Idrissa Diallo». Il rappelle d’ailleurs que c’est sur demande de Khalifa que le défunt responsable de Taxawu Senegaal a baptisé le mouvement «Khalifa Président» le 9 octobre 2015 à partir de Mpack. Autant d’«actes symboliques» qui font dire à Pape Bodian et Cie que «Idrissa ne sera jamais mort à Ziguinchor et en Casamance».
A son tour, Djibril Badji retient de Idrissa Diallo un «symbole de la loyauté, de l’engagement politique, de l’abnégation et de la conviction en politique». Ce sont là des qualités qui ont expliqué le choix porté sur lui par Khalifa Sall pour la coordination de tout l’axe sud-est, de Tambacounda à Ziguinchor. Une confiance qui lui a valu également, poursuit M. Badji, le poste de coordonnateur national du parrainage pour le compte du candidat Khalifa Sall en 2019, «une mission qu’il a réussie avec brio».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here