PARTAGER

Après Issa Sall et Madické Niang, Macky Sall devait passer lundi devant la Plateforme des femmes pour la paix en Casamance. Mais le candidat de Bby n’a pu être auditionné, ce qui a mis la structure dans tous ses états.

Prévue ce lundi, l’audition du candidat de la coalition Benno bokk yaakaar par la Plateforme des femmes pour la paix en Casamance (Pfpc) n’a pas finalement eu lieu. Une situation imputable, confie-t-on, au cabinet de Macky Sall qui dit n’avoir pas été informé d’une telle audience. Un rendez-vous manqué qui a poussé les femmes à monter au créneau hier pour prendre l’opinion à témoin. Et pour ce faire, le directoire de la Pfpc a fait face à la presse pour présenter une déclaration par rapport au projet d’audition prévu avec les différents candidats à l’élection présidentielle du 24 février 2019. Des auditions déjà réalisées dans un hôtel de la place avec Issa Sall du Pur, Madické Niang. Pourtant, selon Fatou Guèye Cissé, porte-parole de la Plateforme, «toutes les procédures ont été respectées pour la matérialisation de son audition». Elle précise : «Nous avons adressé une demande au comité électoral du candidat Macky Sall et à ses responsables locaux pour cette rencontre. D’ailleurs le lundi, un de ses responsables nous a même demandé de nous présenter à la Gouvernance de Ziguinchor à 20 h pour l’audition du candidat de Benno bokk yaakaar.» Elle ajoute qu’après avoir attendu à la Gouvernance pendant quatre de temps, ce même responsable de Bby leur a indiqué que l’audition avec le Président Macky Sall ne pourra pas se tenir. Et ce, pour la bonne et simple raison que «son cabinet n’était pas au courant de cette audience». Une information qui a mis le directoire de la Pfpc dans tous ses états. «Nous savons combien ce problème est important pour les populations casamançaises en particulier, sénégalaises en général, et même celles des pays limitrophes avec qui notre plateforme a régulièrement travaillé. Et après avoir encaissé le coup, nous avons décidé d’en tirer toutes les conséquences et de prendre, pour l’heure, à témoin l’opinion nationale», a dit Mme Cissé.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here