PARTAGER

S’il y a un projet qui suscite aujourd’hui beaucoup de polémiques au sud du pays, c’est bien le projet d’aménagement de l’ancien embarcadère de Ziguinchor, véritable trait d’union entre populations des îles et celles urbaines. Une décision de l’équipe municipale dirigée par le maire Abdoulaye Baldé qui n’agrée guère les populations des îles de Bignona et d’Oussouye. Et pour faire face à ce qu’elles qualifient de grave injustice, elles ont décidé, sous l’égide de l’Alliance pour la convergence démocratique (Acd), de battre le macadam ce vendredi au niveau de la capitale du Sud pour se faire entendre.

Cet espace source de tiraillements depuis plusieurs mois entre la mairie de Ziguinchor et les populations insulaires de Bignona et d’Oussouye relève, de l’avis de l’équipe municipale, du domaine communal. Et c’est fort d’un tel argument que les autorités municipales ont déguerpi les populations insulaires au niveau de l’ancien bac de Ziguinchor pour l’aménagement du site qu’elles jugent comme une nécessité. Une mesure jugée comme une «grave injustice» et que n’entendent point valider les populations des îles. Et pour qui l’aménagement du site constitue également un frein au développement de la région et bafoue du même coup leur dignité. Et pour s’opposer au projet de la mairie de Ziguinchor, ces dernières entendent sonner la grande mobilisation demain vendredi à Ziguinchor. Une initiative portée par l’Alliance pour la convergence démocratique (Acd) et qui prendra les contours d’une marche pacifique qui verra la participation de près d’une trentaine de villages de Bignona et d’Ous­souye.
Pour Mohamed Fadel Guèye, l’un des organisateurs de cette marche, il s’agira à travers cette procession de dénoncer avec la dernière énergie ce projet de la mairie de Ziguinchor qui va, dit-il, à l’encontre des intérêts des populations des îles et du développement de la Casamance. Interpellé par Le Quotidien par rapport à leur démarche, ce dernier a d’abord fustigé les pièges et les fausses manœuvres des autorités municipales qui n’ont pour l’heure manifesté, à ses yeux, aucune volonté de recaser les insulaires usagers du site. «La mairie n’a aménagé aucun site pour ces derniers qui sont traités comme des étrangers alors qu’ils sont des sénégalais à part entière qui méritent du respect», a-t-il soutenu. Moha­med Fadel Guèye a en outre fait cas des nombreuses initiatives et démarches initiées à leur niveau auprès des autorités administratives et étatiques pour contraindre la mairie de surseoir à ce projet. «Toutes nos initiatives sont restées vaines et nous n’avons aujourd’hui trouvé aucune réponse à nos plaintes et complaintes», a-t-il indiqué. Suffisant pour alerter également l’opinion et les autorités étatiques par rapport aux vieux démons qui à un moment de l’histoire de ce pays ont poussé, dit-il, des fils de la région à se faire justice eux-mêmes par rapport à certaines injustices.
«A travers notre démarche, nous ne demandons qu’à trouver des solutions et éviter les erreurs du passé de nos parents», martèle-t-il. Toute chose qui passe, selon Mohamed Fadel Guèye, par le retrait tout bonnement de ce projet d’aménagement de l’ancien embarcadère par la mairie pour ne pas compromettre, dit-il, les activités des populations des îles.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here