PARTAGER

La capitale du sud a été le cadre ce vendredi d’un Crd spécial consacré à la structuration et au développement de la filière anacarde. Cette rencontre a été présidée par le ministre du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme. Alioune Sarr a plaidé pour l’implication de tous les acteurs afin de faire de ce secteur un autre pilier du développement au Sénégal.

La partie sud du pays, notamment la région de Ziguinchor, est devenue ces dernières années une zone de prédilection de la culture de l‘anacardier. Et ce, du fait du cumul des précipitations dans cette zone avec climat favorable à cette culture. Dans toute la région, les vergers d’anacardiers sont partout présents. Toutes choses qui traduisent l’importance de la noix de cajou et du rôle moteur qu’elle joue dans le développement rural des populations du sud du pays et dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. Seulement voilà ! Malgré les énormes potentialités de cette filière, l’anacarde se heurte à de nombreuses difficultés de plusieurs ordres et dans toute la chaîne des valeurs. Ainsi, l’organisation et la coordination restent à faire dans une large mesure pour espérer une production suffisante en qualité et en quantité, propre à satisfaire la demande intérieure et les exigences des marchés extérieurs. C’est pourquoi pour les décideurs politiques, il urge de faire le diagnostic de ces contraintes et de mettre en œuvre des stratégies aptes à aider les producteurs à tirer le meilleur de l’anacarde. C’est d’ailleurs tout le sens de ce Comité régional de développement (Crd) spécial  organisé vendredi dernier dans la capitale du sud et présidée par le ministre du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme. Une rencontre où autorités administratives et locales, partenaires au développement et acteurs de la filière anacarde ont axé leurs réflexions sur l’analyse du secteur, sa situation actuelle et ses perspectives de développement. L‘intérêt étant de voir les contraintes liées à son développement et de faire des propositions dans le sens de sa structuration.
D’ailleurs pour le ministre Alioune Sarr, l’organisation de ce Crd spécial traduit la volonté de son département d’intimer une action volontariste et  continue pour le développement et la promotion de la filière anacarde au Sénégal. Et ces réflexion, ces échanges, mais surtout ces décisions seront mises en œuvre dès la campagne prochaine. «Le produit de l’anacarde offre beaucoup d’opportunités pour les populations de la région de Ziguinchor. Et cela suppose l’implication de tous les acteurs : le producteur, le transformateur et l’exportateur, mais également l’implication des autorités administratives et locales, des services techniques de l’Etat, les partenaires au développement qui doivent agir en synergie pour atteindre les résultats escomptés», a soutenu le ministre Alioune Sarr.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here