PARTAGER

La Convention de Stockholm ! Une convention qui encourage les parties signataires à pouvoir diminuer sinon éliminer toute source de Polluants organiques persistants (Pop). Et c’est dans le cadre de cette convention que l’Etat du Sénégal a bénéficié d’un fonds pour l’accompagner à mettre en place des projets, tel le Prodemud, pour pouvoir minimiser les rejets de polluants organiques persistants. Un accompagnement des fonds du Fem avec l’expertise de l’Onudi, agence de mise en œuvre dans le cadre du projet ; et à travers le ministère de l’environnement et les partenaires telles les mairies de Ziguinchor et de Tivaouane. C’est d’ailleurs à travers ce projet que la mairie de Ziguinchor a mis en place une unité de traitement de déchets dangereux et biomédicaux au niveau de l’Hôpital régional de Ziguinchor qui polarise l’ensemble des 45 structures sanitaires de la commune de Ziguinchor. Ainsi pour l’édile de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, cette unité vient combler un vide en ce sens qu’aucune des 45 structures de santé au niveau de la commune ne disposait, argue-t-il, d’un incinérateur pour le traitement de déchets biomédicaux. «Et c’est la première phase qui est aujourd’hui bouclée et concerne, après la construction de l’unité de traitement, la mise à disposition d’un équipement», a souligné Abdoulaye Baldé en marge du lancement de l’atelier de formation dédié aux agents de santé concernés par la gestion des déchets biomédicaux. Car pour l’édile de Ziguinchor, il était important, compte tenu de la dangerosité de ces déchets, note-t-il, de faire un atelier de formation au bénéfice de tous ceux qui seraient appelés à collecter, transporter et incinérer ces ordures biomédicaux. «C’est donc l’ensemble de tous ces acteurs qui sont aujourd’hui formés par le projet Prodemud. Et ce sont les 45 structures de santé de la commune qui vont bénéficier de ce projet, que ce soit les dispensaires, case de santé, hôpitaux», a-t-il lancé. Des structures de santé dont les agents ont été formés ce jeudi à faire le tri des déchets, à les mettre en conditionnement et ensuite les transporter jusqu’au niveau de l’unité installée à l’Hôpital régional. Et ce projet, de l’avis d’Abdoulaye Baldé, sera élargi au niveau départemental et plus tard au niveau de la région pour permettre à tous les agents de santé de traiter convenablement ces déchets.
Pour Lhyxzas Tchimboungou, Coordonnateur national du Prodemud, cette formation fait partie d’une réponse à la question de la gestion des déchets biomédicaux. «L’idée est que cette unité de traitement puisse perdurer ; c’est pourquoi, en plus de cette formation, une convention tripartite qui sera signée entre le Prodemud, la mairie et l’Hôpital régional pour une meilleure gestion de cette unité ; et ce, avec un manuel de procédures à l’endroit de toutes ces structures de santé», martèle-t-il. Et pour Lhyxzas Tchimboungou, il s’agit maintenant pour la mairie, l’hôpital régional et avec l’appui du projet de voir quels sont les mécanismes de contractualisation avec les autres structures de santé pour permettre à ce que cette unité puisse continuer à être autonome et à fonctionner pour le bénéfice des populations, du personnel de santé et de la commune.
Pour rappel, le coût d’investissement de ce projet au niveau de la commune de Ziguinchor est estimé à environ 100 millions francs Cfa. Et ce, en prenant en compte la formation, la construction de l’unité et les équipements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here