PARTAGER

Dans le sud du Sénégal, la plupart des enfants ne disposent pas d’une pièce d’état civil. En plus, ils sont souvent victimes de violences physiques et morales causées le plus souvent par ceux qui sont censés les protéger. Ils sont également les plus touchés par les abus, l’exploitation et la maltraitance occasionnés pour la plupart par les conflits. Cons­cients de la menace réelle qui pèse sur leur avenir, les enfants du département de Ziguinchor ont saisi l’opportunité de la célébration ce vendredi de la 27ème édition de la Journée de l’enfant africain pour exprimer leur ras-le-bol face à ces maux qui plombent leur avenir. Selon Lucie Camer Ndecky, la porte-parole du jour des enfants, cette journée constitue un moment privilégié et de communion entre adultes et enfants. «Les enfants du département de Ziguinchor veulent que leurs droits soient respectés. Et pour ce faire, les enfants doivent d’abord disposer de pièces d’état-civil, qu’ils soient préservés contre les violences qui leur sont faites et qu’il y ait une promotion pour leur épanouissement.» Une manière pour elle de plaider pour leur responsabilisation et la garantie d’une bonne éducation qui leur assure un avenir radieux.
Par ailleurs, le préfet de Ziguinchor qui a présidé cette cérémonie a, quant à lui, magnifié la pertinence des communications axées sur l’état-civil et les violences sexuelles. «Malheu­reu­sement, des milliers d’enfants n’ont pas cette chance du fait d’une négligence de leurs parents et de la fraude sur leur état-civil ; toutes choses qui entraînent leurs échecs devant les opportunités qui s’offrent à eux», s’est-il offusqué. Et face à cette problématique, il appelle «tous les acteurs à se joindre à la bataille afin que l’état-civil ne soit plus un luxe pour les enfants».
La célébration de cette 27ème édition de la Journée de l’enfant africain a été marquée par des prestations culturelles, des sketchs axés sur l’importance de l’état-civil avec un focus sur l’enregistrement à la naissance et les violences sexuelles.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here