PARTAGER

Ziguinchor a été le cadre ce week-end d’une rencontre bipartite de coopération opérationnelle entre les commandants des Zones militaires sénégalaises n° 5 et 6 et leurs homologues de la République de Guinée Bissau, notamment ceux des provinces Nord et Est. Une rencontre élargie aux forces de défense et de sécurité des deux pays et dont le but est de permettre aux deux Armées de s’engager dans des stratégies communes de sécurisation diverses au niveau de leur frontière commune. Des Armées qui sont conscientes de la menace croissante liée au terrorisme et du grand banditisme au niveau de leur frange transfrontalière commune longue de 340 km.

Une meilleure prise en compte partagée des menaces sécuritaires de divers ordres est nécessaire pour les Armées dans la sous-région ouest africaine. C’est pourquoi il urge, de l’avis du colonel commandant la Zone militaire n° 5, de relancer la coopération en matière de défense et de sécurité et de mettre en place des mécanismes pour sécuriser la zone transfrontalière commune entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. Une manière pour le colonel Souleymane Kandé de garantir, pour ces deux pays, la sécurité, la fluidité des flux de populations au niveau des frontières libres et d’assurer les bases d’un développement économique et social. «Certes des échanges et partages d’informations ont toujours existé entre les zones militaires frontalières des deux pays, toutefois une coopération soutenue plus adaptée aux défis sécuritaires communs devra nécessairement être mise en place», a plaidé le commandant de la Zone militaire n° 5. Le Comzone Souleymane Kandé a du coup invité ses pairs de la Guinée-Bissau à un nouveau partenariat moins ambitieux certes, mais plus concret. C’est d’ailleurs tout le sens de la rencontre bipartite organisée ce samedi à Ziguinchor et qui avait pour thème «Sécurité transfrontalière : Quels mécanismes pour une meilleure prise en compte des défis sécuritaires sur la frange frontalière commune». L’objectif étant de raffermir les liens séculiers qu’entretiennent les deux pays, de relancer la coopération bilatérale entre les forces de défense et de sécurité des deux pays et de mettre en place des mécanismes permettant de relever les défis sécuritaires à la frontière commune aux deux pays. C’est pourquoi, au nom du général de corps aérien Birame Diop, Chef d’état-major général des Armées (Cemga), et au nom de l’ensemble des forces de défense et sécurité sénégalaises, le commandant de la zone militaire n° 5, qui a présidé cette rencontre, a adressé ces remerciements aux forces de défense et de sécurité bissau-guinéennes pour leur collaboration et leur engagement constants à la recherche de solutions aux problèmes transfrontaliers communs aux deux pays. Et ce samedi à Ziguinchor, les deux Armées, organisées en groupes de travail lors de cette rencontre, se sont pleinement investies durant toute une journée pour décliner les meilleures approches de prise en compte des défis sécuritaires qui seront formalisés dans un document conjoint signé par les deux parties. Occasion de faire d’abord le point sur les problématiques sécuritaires au niveau frontalier et mettre ensuite en place des mécanismes permettant de garantir la sécurité dans la zone transfrontalière afin d’assurer la protection et la libre-circulation des biens et des personnes entre nos deux pays et de prévenir des conflits inter-communautaires. «Nos deux pays partagent plus de 340 km de frontière commune et qui est le lieu d’échanges économiques et de brassage socioculturel entre des populations ayant la même culture et un destin commun. Donc sans sécurité, il n’y a pas de vie en paix, ni de vie possible en société», a soutenu le Comzone Souleymane Kandé lors de son intervention. Pour qui l’esprit de cette rencontre est également de dissiper les tensions transfrontalières tant au niveau des communautés, mais également les problématiques sécuritaires. «Il s’agit d’amener, en outre, les Forces de défense et de sécurité à trouver une plateforme d’échanges d’informations, de partage de renseignements, de sorte que tous les défis sécuritaires puissent être pris en compte en amont et qu’on puisse ensemble conjointement agir efficacement sur l’ensemble des menaces qui pèsent sur nos frontières», fait encore savoir le patron de l’Armée en Casamance. Souleymane Kan­dé pense qu’une coopération opérationnelle, des accords et des partages d’informations ont toujours existé entre les deux pays après l’indépendance de la Guinée-Bissau. Et de citer le cas du Sénégal qui a, dit-il, servi de base arrière au mouvement de libération de ce pays.
Commandant de la Zone militaire nord en Guinée-Bissau, le colonel Sana Man­cagna, à la tête d’une forte délégation, a remercié les autorités militaires sénégalaises pour cette invitation d’une im­portance capitale. Et ce, avant de promettre le transfert des résultats de cette rencontre à la hiérarchie militaire de son pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here