PARTAGER

Sur instruction du président de la République Macky Sall, toutes les pancartes qui étaient installées pour délimiter la zone de restauration des Niayes ont été enlevées. L’annonce a été faite hier par le Réseau des associations pour le développement et l’émergence des Niayes qui polarise les communes de Darou Khoudoss, Mboro et Notto Gouye Diama.

C’est un ouf de soulagement pour les populations de la zone des Niayes. L’Etat, sur instruction du chef de l’Etat, a enlevé toutes les pancartes qui étaient installées le long de la zone des Niayes, de Cayar à Lompoul, pour délimiter le périmètre de restauration de ladite zone. En effet, explique le secrétaire général du Réseau des associations pour le développement et l’émergence des Niayes, Amadou Ba, une rumeur allant dans le sens d’une supposée décision prise par l’Etat du Sénégal pour interdire les activités maraîchères dans le périmètre de restauration des Niayes avait installé un véritable malaise dans toute la zone de Darou Khoudoss. Et la confusion a été surtout alimentée par l’implantation de pancartes par le service des Eaux et forêts pour délimiter la zone. Et les acteurs politiques en quête de suffrages en cette veille de l’élection présidentielle ont été indexés comme étant les auteurs de cette rumeur distillée à dessein pour embarquer les populations et une telle situation avait finalement installé un malaise et de profondes divergences entre les forestiers et les populations de la zone des Niayes.

«Si Macky est réélu, les pancartes seront réinstallées»
«Nous pouvons dire maintenant que ce problème est derrière nous parce que les pancartes ont été enlevées sur ordre du président de la République. Et après une rencontre avec le ministre des Forces armées, Augustin Tine, un émissaire du Président Macky Sall, ce dernier nous a rassurés parce qu’il y avait beaucoup d’intoxication», fait savoir Amadou Ba. Et M. Ba d’ajouter : «Même après l’enlèvement des pancartes, des politiciens continuent toujours de dire aux populations que l’Etat a juste pris la décision le temps d’une élection présidentielle. Et si le Président Macky Sall est réélu, les pancartes seront réinstallées.» Toutes raisons, selon M. Ba, de «l’organisation du point de presse pour rassurer les populations, mais aussi pour leur dire de ne pas avoir peur parce que l’essentiel a été fait. Et nous leur disons que si le Président Macky Sall a subventionné l’essence, le gasoil et les semences, il ne prendra jamais une décision pour interdire aux gens de faire leurs cultures maraîchères». Pour dire, selon Amadou Ba, que «nous voulons rassurer les populations. Il ne faut pas qu’elles laissent les politiciens les prendre en otage».
Auparavant, le ministre de l’Environnement et du développement durable, pour rétablir la vérité, après une visite tout le long de la bande, avait rencontré les populations la semaine dernière. Thierno Dieng avait rassuré les populations sur la souveraineté du patrimoine foncier qui les entoure et qui fait l’objet du périmètre de restauration des Niayes. Il avait expliqué que le périmètre est composé de trois éléments qui constituent un écosystème fragile. Il s’agit de la bande des filaos, des cuvettes maraîchères et des dunes continentales. Cette zone a été actée par un arrêté de 1957, qui a délimité une zone de 41 mille ha. Depuis, seuls deux déclassements ont été prononcés et ils répondaient à des intérêts publics. C’est ainsi qu’en 1972, il y a eu un déclassement pour les besoins de la création du Centre de perfectionnement de Mboro, en 1984 pour l’installation de l’entreprise Africa energy pour faire face au déficit en énergie dont le pays était confronté. Il annonçait aussi que la bande des filaos a été construite mécaniquement par des arbres sur une distance de 450 km, de Dakar à Saint-Louis. Et l’objectif était de fixer les dunes de sable et protéger la cuvette maraîchère.

«Jamais question de vous gêner dans vos activités
d’exploitation»
En définitive, il s’agissait de protéger les habitations des populations et leur procurer en même temps une source de revenus. Il est évident que ces deux rôles ont été accomplis et il n’est pas question qu’ils soient compromis aujourd’hui pour quelque raison que ce soit. Et de rassurer les populations qu’«elles peuvent continuer à y habiter, y faire paître leurs animaux et mener les activités agricoles dans la cuvette maraîchère. Les agents des Eaux et forêts n’ont jamais dit qu’ils allaient gêner les populations dans leurs activités. Cependant, il peut y avoir des malentendus et des incompréhensions». Et avait-il insisté : «L’Etat du Sénégal tient à rassurer toute la population de sa ferme volonté de la laisser jouir de son bien le plus précieux qui est le périmètre des Niayes, aussi bien du point de vue de l’agriculture, de l’habitat et de l’élevage. La bande n’est pas là contre les populations, elle est faite pour elle et pour répondre à leurs besoins. Et ici, il n’y a aucun acte administratif qui va dans le sens d’empêcher aux populations de jouir de ce périmètre maraîcher. Le rôle des pancartes est tout simplement de le délimiter. Il n’est pas question et il ne sera jamais question de vous empêcher ou de vous gêner dans vos activités d’exploitation de ce périmètre maraîcher. Au contraire, nous voulons que l’activité soit pérenne et définitive.»
Dans son speech, il avait demandé aux populations de se méfier «des oiseaux de mauvais augure» qui étaient à la base de cette rumeur. «Nous sommes dans une période très sensible avec le calendrier républicain qui fait que nous allons vers une élection présidentielle avec 5 candidats. La quête des suffrages s’inscrit dans l’ordre normal des choses, mais il y a une manière républicaine de la faire. Ce n’est pas parce qu’on cherche des suffrages qu’on essaye d’agir sur la conscience des Sénégalais pour leur faire dire des choses qui ne sont pas avérées. Pour moi, cela relève de l’irresponsabilité.»
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here