PARTAGER

La lourde défaite (3-0) du Syli National en huitièmes de finale de la Can face à l’Algérie, a laissé des traces. Depuis lors, la sélection guinéenne est secouée par des révélations en tous genres. La dernière met à nu les pratiques malsaines du sélectionneur Paul Put. Comme une «pute», Put marchandait ses sélections, sans honte.
Le technicien belge a ainsi sélectionné des joueurs en échange du partage de leurs primes de sélection. L’ancien sélectionneur du Burkina Faso rackettait même certains membres de son staff. Le pot-aux-roses a été découvert en personne par Mamadou Antonio Souaré, le président de la Fédération guinéenne de football. «J’ai fait comprendre à Paul Put que j’ai appris que des joueurs sont rackettés au niveau de leurs primes. Je lui ai fait comprendre que j’ai des textos (sms) d’échanges entre lui et certains joueurs à propos des primes», révèle Souaré à Guineefoot.
C’est dans cette atmosphère que les membres du staff de Paul Put ont déserté l’hôtel du Syli National sans même aviser la Fédération guinéenne. «J’ai été surpris de savoir que ce lundi matin tout le staff de Paul Put s’est volatilisé et tous sont rentrés. Pourtant ce n’est pas nous qui avions payé leur billet d’avion. C’est une irresponsabilité notoire et c’est vraiment du jamais vu dans l’histoire du football guinéen. Beaucoup de choses se disent au niveau du staff», regrette le patron du foot guinéen.
Plus loin Antonio Souaré affirme que Paul Put a été entendu durant un long moment. Et il s’avère que le technicien belge n’a pas la main mise sur son groupe. «Il faut le dire, Paul Put n’a pas la main sur le staff ni même sur les joueurs. Comment un entraîneur peut faire venir un joueur et refuser de lui parler pendant que la compétition se joue. Ce n’est pas possible ça, ce sont des fautes professionnelles», explique Antonio Souaré qui veut en savoir plus. «Maintenant il nous faut des comptes, tous les moyens ont été mis à sa disposition mais pour un résultat non satisfaisant. J’ai donc demandé un rapport détaillé de la situation et il doit le faire.» Le numéro un du football guinéen affirme qu’il attend impatiemment le rapport de Paul Put pour prendre sa décision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here