PARTAGER
investissements...

Le Sénégal dispose de potentialités pour réaliser son intégration économique dans les chaînes de valeurs mondiales et faire des projets de développement qui lui permettront de régler toutes les problématiques liées aux différents défis industriels. C’est du moins ce qu’a révélé l’étude sur les Zones économiques spéciales au Sénégal (Zes) dont les résultats ont été restitués hier. Aujourd’hui dans les zones économiques spéciales, indique Moussa Diène, qui a présenté les résultats de l’étude, «le pays a la possibilité d’avoir un canevas dans lequel on peut tester toutes les nouvelles politiques économiques qui vont demain pouvoir rester et être utilisées de manière efficiente et valorisées dans l’ensemble du pays».
Les Zes sont des instruments de mise en œuvre et de valorisation des opportunités de développement et d’industrialisation existant au Sénégal à la faveur du Pse, selon Khoudia Mbaye. Le ministre de la Promotion des investissements, du partenariat et du développement des téléservices d’indiquer qu’elles bénéficient d’avantages fixés dans le cadre de la loi 2017-07 qui permet aux entreprises implantées dans leur espace de profiter, entre autres, de faveurs douanières ou fiscales, de la réglementation des chances telles que définies dans le cadre de l’Uemoa. «Nous avons également, du point de vue de la législation du travail, regroupé toutes les dérogations qui existent et qui permettent d’utiliser de façon relativement flexible une main-d’œuvre appropriée pour réduire les coûts de production sur ces Zes et favoriser une production massive et une exportation de ces produits et d’accroître le rayonnement de notre pays en direction du monde», a dit Khoudia Mbaye. Ce qui, selon elle, peut impacter l’attractivité de l’économie pour permettre au Sénégal de capter les investissements directs étrangers.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here