PARTAGER

Après deux mois sans salaire, les travailleurs de China road and bridge corporation (Crbc) ont décrété plus de 72heures de grève pour réclamer leur paiement. Malgré la médiation du préfet de Bambey, la situation reste tendue dans la ville.

Les travailleurs de China road and bridge corporation (Crbc) de Bambey ont haussé le ton pour réclamer deux mois de salaire. Ce sera bientôt le troisième mois qu’ils courent après leur dû. Assane Diouf a ainsi précisé qu’ils n’ont reçu que des avances de 40 mille francs Cfa. «Nous avons décidé de ne plus travailler jusqu’à ce qu’on nous paye nos salaires ou qu’on nous dise quelque chose de concret», a-t-il dit. Selon le porte-parole des travailleurs, ils ont rencontré le préfet du département en lui faisant part de leurs préoccupations par rapport aux difficultés qu’ils vivent au sein de l’entreprise. «Laquelle entreprise a fait cinq ans à Bambey et je suis à ma deuxième année mais nous n’avons jamais eu des problèmes.  Nous n’arrivons pas à comprendre ce qui se passe parce qu’à chaque fois on nous renvoie à une date ultérieure», a-t-il signalé. M. Diouf a tenu à préciser que le préfet leur a demandé de continuer à travailler jusqu’à vendredi. Une demande, selon lui, que les travailleurs ont catégoriquement rejetée.
De son côté, le préfet du département de Bambey a fait savoir que l’Administration territoriale avait tenté la médiation avant de déplorer la situation. Pour Mor Talla Tine, il a essayé de faire comprendre aux travailleurs de la Crbc qu’ils devaient «nous laisser le temps nécessaire pour en parler à qui de droit». Il dit : «Nous avons également insisté auprès de la Direction générale de la Crbc pour qu’une solution urgente soit trouvée.» Car, M. Tine a estimé qu’au Sénégal, le salaire joue une fonction sociale extrêmement importante d’où la nécessité de hâter le pas pour que ces travailleurs puissent entrer dans leurs fonds. «C’est un contrat entre travailleurs et employeurs et comme nous représentons le ministre en charge de cette question, nous allons rendre compte à qui de droit pour qu’une solution puisse être trouvée dans les meilleurs délais», a-t-il déclaré.
Interpellé sur cette situation, Mouhamadou Diawara, Chargé des relations extérieures de la Crbc dans le département de Bambey, a tenté d’expliquer la situation autrement : «L’entreprise reconnaît qu’elle leur doit deux mois de salaire. Ce n’est pas un manque de volonté mais plutôt un problème de calendrier. Parce que celui chinois est différent de celui que le Sénégal applique.»
Correspondante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here