PARTAGER

Le rêve d’un entraîneur de participer à un camp de formation avec le staff d’Arsenal à Londres pourrait se réaliser grâce à Wordlremit. Dans cet entretien, le responsable de cette structure pour l’Afrique de l’Ouest et le Cameroun, Mamadou Wilane, revient sur les critères pour la sélection de 25 coaches dans toute l’Afrique.

Parlez-nous de votre structure, Worldremit, dont vous êtes le directeur en Afrique de l’Ouest et au Cameroun ?
Nous avons un programme que nous sommes en train de dérouler avec Arsenal, l’équipe de football de Premier League avec qui nous sommes en partenariat. Si vous avez bien suivi, depuis l’année dernière, nous sommes sur les panneaux à Dakar. On fait beaucoup d’actions de communication. On cherche à capitaliser davantage dans la relation que nous avons avec Arsenal. Nous avions donc l’intention de standardiser la communication que nous sommes en train de faire, aussi bien pour l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale et dans toutes les sous-régions du continent.

Qu’est-ce que vous avez prévu de faire en partenariat avec Arsenal en Afrique de l’Ouest ?
L’objectif, c’est d’annoncer le lancement d’un nouveau camp de formation en partenariat avec Arsenal. Worldremit et Arsenal offrent l’opportunité unique à un entraîneur de participer à un camp de formation exclusif à Londres, encadré par l’équipe de l’Arsenal Soccer School spécialisé dans le suivi des jeunes joueurs en Afrique.

Comment cela va se faire ?
Premièrement, nous allons présélectionner 25 coaches à partir d’un jury et ces derniers recevront un kit d’entrainement Arsenal pour leur équipe respective. Un des 25 candidats sera sélectionné par le vote du public et se rendra à Londres où il participera à une formation inédite avec les entraîneurs de Arsenal Soccer School. Le candidat sélectionné et les entraîneurs d’Arse­nal travailleront ensemble de la meilleure façon afin de partager ces connaissances acquises durant sa formation. L’objectif, c’est de partager, d’encadrer, d’entraîner et aider à entraîner. Alors, le camp sera gratuit et sera ouvert à l’ensemble des entraîneurs des jeunes équipes partout en Afrique.

Concrètement, qui est sélectionnable ?
Notre objectif est de reconnaître le travail déjà réalisé par des personnes comme nos clients qui font tout pour soutenir leurs proches. C’est pour cela que l’appel à candidature est ouvert à toute personne ou tout entraîneur qui a une équipe de football de moins de 16 ans. Nos juges seront à la recherche d’entraîneurs qui ont un impact important dans la communauté et qui ont des idées innovantes pour les améliorer davantage. Ce qu’il faut préciser, c’est que les 25 coaches, c’est sur l’ensemble du continent. La même chose est en train d’être faite sur la partie Afrique de l’Ouest et du Cameroun, les collègues des autres zones sont en train de faire la même chose. La sélection sera globale. Au finish, on retiendra donc 25 coaches.

Est-ce que les entraîneurs du football féminin sont également concernés ?
Oui  toutes les équipes de football sont  concernées qu’elles  soient féminines ou masculines. On a globalisé. Et je pense qu’il est important de donner la chance à tout le monde. Nous avons l’esprit très ouvert. Il y a des gens qui ont des diplômes plus élevés que les autres, mais on essaie de donner la chance à tout le monde. Les membres du jury ont assez d’éléments d’appréciation qui leur permettront de pouvoir décider à qui il faudra donner une chance. Il y a deux à trois éléments très importants qu’il faut comprendre. Le premier, c’est quand même de soutenir un peu l’Afrique. Nous sommes une Compagnie de transfert d’argent digital. On est leader du transfert en ligne au monde. L’Afrique est un de nos marchés prioritaires. A un moment donné, il faut rendre la monnaie de la pièce. Le deuxième élément, c’est de donner la chance à certains entraîneurs en Afrique qui sont en train de travailler tant bien que mal avec les moyens du bord, pour les aider à aller plus loin. Enfin troisièmement, nous sommes en partenariat avec Arsenal est c’est une occasion unique d’échanger en termes d’expérience. Nous avons des coaches expérimentés et qui ont une certaine sensibilité par rapport à l’Afrique.

Quand et comment va se dérouler la sélection des entraineurs ?
La sélection a déjà démarré. Elle finit normalement cette semaine. Pour participer, c’est très simple, il suffit juste de visiter le site : futurestars.worldremit.com. Après vous remplissez le formulaire et vous mettez le plus d’informations possibles pour attirer l’œil de nos juges. Ceux qui seront sélectionnés disposeront d’un kit, comme je l’ai dit tout à l’heure et seront en contact avec l’équipe d’Arsenal. Ce sera la deuxième phase. Parallèlement, il y aura le vote du public dans chaque pays. Donc, ce sera deux volets : technique et public.
Quel est le taux de participation à l’heure actuelle ?
Il y a des pays qui ont eu la chance de commencer avant nous. Mais, on ne se fait pas de soucis à ce niveau. C’est une question d’information. Dès que les gens sont informés, naturellement ils vont aller sur le site et s’inscrire. Il fallait passer par des organes comme Le Quotidien pour avoir cet impact. Et je crois qu’il y aura cet impact. Paral­lèlement, on essaie d’informer toutes les personnes qui sont dans le milieu pour faire passer le message. On pourra évaluer le taux de participation à la fin de tout ce travail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here