PARTAGER

En perspective de la prochaine Présidentielle, les responsables de Benno bokk yaakaar (Bby) à Passy se sont retrouvés samedi dernier autour d’un panel portant sur les enjeux de cette élection. A cette occasion, Ibrahima Dème, un des initiateurs de la manifestation, a fait comprendre à ses camarades et autres alliés que l’enjeu du scrutin du 24 février prochain c’est moins l’élection d’un individu que le maintien de la trajectoire de développement de notre pays.

«Le principal enjeu de la prochaine élection présidentielle, ce n’est pas seulement d’élire un individu, mais c’est surtout pour maintenir la trajectoire de développement de notre pays.» C’est la conviction du responsable apériste lbrahima Dème, exprimée samedi dernier à Passy, et pour qui, de tous les prétendants au fauteuil présidentiel, «le candidat Macky Sall a le meilleur profil pour maintenir la trajectoire de développement de notre pays». C’est pourquoi, en vue de convaincre les citoyens du département de Foundiougne voire les Sénégalais de manière générale à réélire Macky Sall au 1er tour, les responsables locaux de Benno bokk yaakaar (Bby) ont organisé un panel dont le thème était axé sur «Les enjeux de l’élection du 24 février 2019», avec la participation de personnalités comme Abdoulaye Sène, ancien président du Conseil régional de Fatick, Ndongo Ndiaye, conseiller du chef de l’Etat pour la jeunesse et le sport, Keïssy Bousso, directeur du Théâtre national Daniel Sorano, Talla Sylla, maire de Thiès, entre autres. «En organisant cette rencontre, nous avons pensé qu’il était nécessaire de rendre visibles les réalisations du Président Macky Sall, mais surtout d’inviter les jeunes, les femmes ainsi que les personnes du 3e âge à prendre conscience que cette élection présidentielle est d’une importance capitale pour le Sénégal dans la mesure où les équilibres socio-politique, socio­économique et socioreligieux dépendent en grande partie du résultat», a fait savoir l’ancien directeur de la Bonne gouvernance. Lequel d’ajouter qu’«aujourd’­hui, il nous faut au Sénégal quelqu’un comme le Président Macky Sall qui puisse gérer l’ensemble des tensions socio-politique, socioéconomique, socioreligieuse pour maintenir le cap de l’émergence», assure-t-il. Cependant, M. Dème est bien conscient que pour l’atteinte de leur objectif, les responsables de Bby sont condamnés à s’oublier et à travailler main dans la main comme du reste le maire de Thiès le leur a recommandé.
Par ailleurs, celui qui actuellement fait office d’expert de l’Union européenne au Niger a demandé à son mentor, une fois réélu, de tout mettre en œuvre pour le renforcement de la décentralisation. Sous ce rapport, M. Dème souhaiterait que Macky Sall puisse lancer un vaste programme d’audit des procédures de mobilisation et de gestion des ressources des collectivités territoriales. «Au­jourd’­hui, on sait qu’il y a beaucoup de problèmes dans la gestion des collectivités territoriales. Certaines mairies n’ont pas assez de ressources, d’autres ont des ressources, mais dilapidées», fait-il remarquer. Avant de préconiser que l’ensemble des communes soient auditées dès après l’installation des prochains conseils municipaux parce que, croit-il savoir, «il faut plus de transparence dans la gestion des ressources des collectivités territoriales qui doivent aller aux populations». De même, suggère M. Dème, il faut que les différents programmes qui sont en train d’être mis en œuvre par le chef de l’Etat tels que le Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc), les Bourses familiales, la Couverture maladie universelle (Cmu), entre autres, soient évalués avec les citoyens. Une façon pour lui de transformer le parrainage politique en évaluation citoyenne des politiques publi­ques.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here