PARTAGER

Le nouveau Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a démarré hier à Thiès, une campagne nationale de mesure de la qualité de service autour de son secteur. Une occasion pour Abdoul Ly de noter que la couverture du pays est «pas correct».

«La qualité du réseau et la couverture du pays ne sont pas corrects du tout.» La note est du Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp). Abdoul Ly présidait hier à Thiès, un Comité régional de développement (Crd) dans le cadre d’une campagne nationale de mesure de la qualité de service autour de son secteur. Il dit: «J’ai reçu hier (mercredi), un vocal d’un habitant du département de Goudiry. Il m’a dit que cela fait pratiquement un an que les populations n’ont pas de signal. Elles sont obligées de monter sur des arbres pour pouvoir téléphoner. Je pense que le Sénégal doit dépasser ce niveau de qualité de service», a fait savoir le nouveau patron de l’Artp qui promet : «Nous allons concourir pour faire en sorte que la qualité soit ce qu’elle doit être.» Toutefois, affirme-t-il, «les opérateurs sont en train de faire des investissements conséquents pour aller dans ce sens-là, mais nous allons prendre nos responsabilités pour que cela se fasse très rapidement.» S’agissant de la marge accordée au nouvel opérateur Free, qui vient de proposer des offres alléchantes, sur la baisse des tarifs de l’internet, il dit : «Cela dépend de lui et de l’équité du droit. Parce que ce secteur est régulé. Maintenant, l’Artp est à l’écoute des populations et du marché. Tout ce qui peut se faire dans la légalité et qui peut contribuer à la réduction des coûts mais aussi que les consommateurs se retrouvent dans ces offres-là, l’Artp adhérera à ces démarches.» M. Ly d’ajouter : «L’essentiel, c’est que les offres soient auditables, parce que toute offre qui est lancée sur le marché doit être présentée et validée par l’Artp. Mais aussi qu’elles entrent dans le cadre des créneaux qui ont été définis par l’Artp.»
Par rapport à la décision prise par l’Etat d’identifier les puces, il renseigne que c’est une volonté de sécurisation. Mais fera-t-il savoir, le projet bute sur des problèmes liés aux cartes d’identifié Cedeao qui font que nos voisins de la sous-région peuvent disposer de ces puces sans qu’il soit possible d’avoir un contrôle sur eux. Mais, rassure le Dg, l’Artp est en train de travailler sur cela pour essayer de trouver une solution.
Revenant sur le Crd marquant le démarrage de la campagne nationale de mesure de la qualité de service autour du secteur des télécommunications et des postes, Abdoul Ly de soutenir que «l’objectif c’est de tâter un peu le pouls de la population sur son ressentiment par rapport à la qualité de service que les opérateurs apportent aux habitants de la région de Thiès». L’idée, selon lui, c’est de «mettre l’ensemble des opérateurs devant leurs responsabilités. Parce qu’on leur a octroyé des licences et par rapport à cela, ils ont des devoirs de qualité de service, de couverture, de réduction des coûts… ». Laquelle initiative, conclut le Dg de l’Artp Abdoul Ly, a été instruit par le chef de l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here