PARTAGER

Par la grâce du nom d’Allah Le Miséricordieux par Essence et par Excellence. Paix et Salut éternels sur Son Messager Mouhammad et les membres de sa sainte famille purifiée héritiers du Message.
Tamxarit (Achoura) mar­que le dixième jour du premier mois de l’année musulmane officielle, Mouharram. C’est une date mémorable dans l’histoire de l’islam. Cette célébration est considérée par certains comme marquant la fin de l’année musulmane. Seulement, je considère que pour célébrer une fin d’année, le meilleur moment, c’est le jour de l’an qui est le premier jour de l’année ou alors la veille qui est la première nuit de l’année. C’est d’ailleurs ce qui se fait dans toutes les civilisations du monde. Il n’y a pas de raison d’attendre le dixième jour pour le faire.
Le huitième des douze imams infaillibles de la famille du Prophète (Psl), imam Ali Ridha (Psl) dit : «Lorsqu’on entrait dans le mois de Mouharram (Tam­xarit), jamais on n’entendait mon père (Moussa Kazim le 7ème) rire. Il était dominé par la peine jusqu’à son dixième jour et lorsque ce jour arrivait, c’était pour lui une journée de peine et de pleurs. Il disait : c’est le jour où on a tué l’imam Al Houssein (Psl).»
L’histoire retiendra à jamais la période du 1er au 10 Mouharram de l’an 61 de l’Hégire (680 ap J. C) durant laquelle la famille du Prophète Mouhammad (Pslf) a été assiégée dans le désert irakien, à Karbala, pendant 10 jours sans eau ni nourriture, puis massacrée sur les ordres de Yazid, fils de Moawiya, calife des musulmans de l’époque. Il décréta Achoura jour de fête, célébrant la victoire de la famille omeyyade sur la famille du Prophète (Pslf) et s’attela, lui et ses successeurs, à tout mettre en œuvre pour justifier aux yeux de la Oumma la nécessité de commémorer cet événement dans la joie et l’allégresse et même lui donner une portée cultuelle. Pour ce faire, ils mirent à contribution tous les savants courtisans et corrompus pour fabriquer des faux hadiths attribués au Prophète (Pslf) pour accorder un caractère saint à cette «fête». Ces derniers vont pousser leur cynisme à l’extrême jusqu’à inventer des «pratiques pieuses» comme le jeûne à accomplir ce jour.
Le sixième imam, Jafar Sadiq (Psl), nous dit clairement que «c’est le jour où fut tué Al Houssein (Psl), si tu t’en réjouis eh bien, jeûne ! La famille omeyyade (Dieu les maudisse) et les gens de Damas qui les ont aidés à tuer Al Houssein (Psl) avaient fait le serment de faire de ce jour un jour de fête, qu’ils jeûneraient en action de grâce et au cours duquel ils réjouiraient leurs enfants si Al Houssein (Psl) avait été tué et si ceux qui se sont dressés contre lui revenaient sains et saufs et le califat revenait à la famille de Abou Sofiane».
C’est ainsi devenu une sounna de la famille de Abou Sofiane et chez leurs partisans jusqu’à ce jour. Tout le monde les a suivis et c’est pourquoi ils jeûnent, réjouissent leurs familles et leurs alliés en ce jour. L’imam Sadiq (Psl) ajouta ensuite : «On ne jeûne pas lorsqu’on est touché par le malheur, mais en action de grâce lorsqu’on en est préservé. Si tu fais partie de ceux qui sont touchés par le malheur, ne le jeûne pas.»
Je vous convie comme d’habitude à commémorer en­semble cet événement tragique de l’islam afin d’en comprendre le sens et d’y méditer profondément afin de bien choisir son camp.
Dans la même lancée, je réitère la recommandation donnée à tous mes disciples de la communauté chiite Mozda­hir de surseoir aux prières collectives journalières et du vendredi dans les mosquées et d’accomplir ces actes d’adoration chez eux. Je vous rappelle que la prière en assemblée est une forte recommandation, mais en aucune façon une obligation. La préservation de la vie prime sur la prière collective.
Je leur demande aussi de se soumettre obligatoirement à toutes les mesures que les autorités ont prises dans le sens d’endiguer la pandémie.
Je tiens aussi à rappeler que l’humanité a toujours connu des situations d’épidémie. Dans des circonstances pa­reilles, notre bien aimé Mes­sager d’Allah Mouhammad et les membres purifiés de sa sainte famille (paix et salut sur eux) nous ont toujours ordonné de rester chez nous, d’éviter les déplacements et même les visites de courtoisie pour éviter d’être contaminés ou de contaminer les autres. Donc nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour nous prémunir de ce fléau et en même temps implorer Allah, nous repentir et retourner à Lui par nos prières. C’est pour cette raison que malgré mon désir ardent d’être tout le temps avec mes disciples, mes amis et frères, je suis obligé de me soumettre le premier à ces règles divines. Etant donné les circonstances exceptionnelles dues à la maladie à coronavirus, des mesures spéciales ont été prises cette année pour permettre aux fidèles croyants de vivre pleinement l’Achoura chez eux malgré la pandémie.
Ainsi des cérémonies virtuelles seront tenues tout au long des 10 nuits de deuil de Mouharam ainsi que le jour d’Achoura.
Ce programme spécial Achoura 2020, avec des récits sur la tragédie de Karbala, des chants funèbres et des causeries sur les enseignements à en tirer, débutera la nuit du mercredi 19 août et prendra fin le samedi 29 août 2020, le jour d’Achoura correspondant au 10 Mouharam 1442.
Il sera diffusé à travers toutes les plateformes digitales de la communauté Mozdahir : Site internet, Zoom, Face­book, Instagram et YouTube.
Nous refusons Tamxarit (diaboliser son ami), mais avons choisi le parti de la famille du Prophète (Taan xarit wa Ahloul Bayt). Nous invitons donc tout le monde à se joindre à nous pour commémorer ce deuil d’Achoura. Je ne souhaite pas, pour ma part, faire partie de ceux qui, en connaissance de cause, fêtent la Tamxarit par des festins en se gavant de couscous ou en organisant des carnavals comme si c’était pour se moquer de la famille du Prophète endeuillée, ni de ceux qui restent indifférents devant cette calamité que tous les Elus de Dieu pleurent et en répondre demain devant Fatima Zahra Bintou Rassoul (Paix et salut sur eux). Que ceux qui pleurent le fassent sur quelqu’un comme Al Houssein (Psl), car pleurer sur lui diminue les grands péchés.
Le premier des douze imams infaillibles successeurs désignés du Prophète (Pslf), Ali fils de Abou Talib (Psl), a dit : «En vérité, Dieu le Très Haut regarda la Terre, nous choisit et choisit pour nous des chiites (fidèles) qui se réjouissent de nos joies et s’attristent de nos peines, sacrifient leurs biens et leurs vies pour nous, ceux-là viennent de nous et retournent à nous. Tout œil pleurera le jour de la résurrection excepté l’œil qui a pleuré l’imam Al Houssein (Psl) et à sa famille.»
«L’imam Houssein a donné sa vie le jour de Tamxarit (Achoura) pour sauver l’islam originel. Donnons notre sang pour sauver des vies !»
Les circonstances liées à la pandémie du coronavirus nous empêchent cette année d’organiser la cérémonie traditionnelle de don de sang à notre siège. Cependant, je recommande à mes fidèles et à tous ceux qui le peuvent de le faire individuellement à la banque de sang qui leur est le plus accessible pendant les dix premiers jours de Mouharram (Tamxarit) pour sauver des vies et marquer leur amour et compassion envers le Prophète Mou­hammad (paix et salut sur eux). Aussi, je vous prie de réciter chaque jour, du premier au dixième jour, 100 Ikhlass à la mémoire des martyrs et de nos défunts et de demander à Allah le Tout-Puissant de nous débarrasser de cette terrible pandémie.
Je prie Allah d’étendre sa Miséricorde infinie sur toute l’humanité et de venir à notre secours contre toutes ces calamités qui secouent notre planète et hypothèquent notre existence. Je présente mes condoléances au Prophète Mouhammad, aux membres de sa famille (paix et salut sur eux) et en particulier à notre maître l’Imam du Temps, Al Mahdi (qu’Allah accélère sa réapparition), ainsi qu’à tous les croyants.
Chérif Mohamed Aly AÏDARA Guide de la communauté
chiite Mozdahir Président fondateur de l’Ong Institut Mozdahir International (Imi)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here