PARTAGER

Sur les réseaux sociaux, les partisans de Ousmane Sonko sont surnommés les «talibans». Ils sont nombreux au Sénégal à donner une connotation religieuse au parti de Sonko. Ce dernier a profité de la Tabaski pour lever toute équivoque. «Le projet Pastef n’est pas religieux. Il est large et il est juste un projet ayant en son cœur l’humain. Ce projet veut ce qu’il y a de meilleur pour les fidèles de chaque religion, de chaque confrérie, de chaque ethnie. La politique devrait permettre la mise en commun de tout ceci et ne devrait en aucune façon être une source de division et de menace sur la paix et la cohésion sociale qui ont toujours prévalu au Sénégal», a déclaré le député.
Le leader des «Patriotes» prévient donc que «l’instrumentalisation de sensibilités ne saurait prospérer dans Pastef» parce que son parti ne fonde pas son espoir sur l’appartenance à tel ou tel groupe, plutôt qu’à tel autre. «Il se fonde sur l’amour qu’a chacun des 16 millions de Sénégalais pour la bonne gouvernance, les valeurs communes, la démocratie, et leur engagement pour la lutte contre le clientélisme et le recouvrement de la souveraineté. A Pastef, nous croyons fermement que la politique dans laquelle nous nous investissons est une forme d’adoration, car notre seul objectif étant le mieux-être de chaque Sénégalais. Sans absolument rien attendre en retour», a-t-il ajouté.

«Nos pas de géant suscitent la jalousie qui mène à la haine»
Par ailleurs, Ousmane Sonko est revenu sur les sacrifices consentis par lui et ses camarades. «Sans moyen, nous nous sommes investis corps et âmes pour servir le Peuple, sourds et aveugles à toute tentative de corruption et résistants à tout obstacle ou peau de banane. Une telle entreprise nécessite de la patience. Une patience à toute épreuve. Le pouvoir n’est pas une fin en soi. Il est du domaine de Dieu. Une victoire ne se matérialisera pas par l’obtention de ce que l’on désire, mais par la mise en œuvre de tous les moyens légaux à notre disposition», a rappelé le candidat arrivé 3ème à l’issue de la dernière Présidentielle. Sonko souligne à ses hommes que leurs «pas de géant ne font pas que des heureux. Ils suscitent la jalousie qui mène à la haine. La jalousie s’est dressée devant tous ceux qui se sont mis résolument debout pour promouvoir le bien, en combattant un système. Tous les hommes politiques véridiques en ont fait les frais». Le leader de Pastef a aussi réitéré son estime à l’endroit du prédécesseur de Macky Sall. «Beaucoup de personnes ignorent mes relations avec le Président Abdoulaye Wade. Mais sachez que je l’apprécie, surtout pour sa générosité de cœur envers tous, même ses adversaires. Bien que nos intérêts politiques soient divergents, il a été le premier à me mettre en garde contre la jalousie et la haine», a dit Sonko. Qui salue «l’engagement» de ses militants pour les Vacances agricoles patriotiques (Vap) et annonce la poursuite d’autres actions telles que le reboisement, la promotion de comportements sains, entre autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here